La réponse

Du ciel, tombent toutes nos plumes,
Lorsque sur la Terre, nous arrivons,
Et, comme des humains, est la coutume,
Une fois ici, nous mourons.
Essayons d’oublier tous les traîtres,
Ici, nous recommençons la vie,
Certes, jusqu’à voir disparaître,
Ce que Père, nous avait promis.
Trouvons la moitié de nous-même,
Qui se cache parmi les humains,
Sans savoir pourquoi on aime,
Mais nous essayons en vain.
S’inscrit la prophétie énochienne,
Sur nos corps, comme un adage,
Diluée dans l’encre noire ébène,
Indélébiles sont nos tatouages.
Avons-nous réellement oublié ?
Ou faisons-nous encore semblant ?
Toutes les horreurs du passé,
Qu’on se remémore en pleurant.
Lorsqu’il est là et qu’il revient,
Alors une chose va arriver,
Et ça n’augure rien de bien,
Mais personne ne peut l’arrêter.
Rester, attendre que ça passe,
Et jamais, je ne renonce,
Alors vient, après la menace,
Du ciel, la réponse.

La réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s