Tic Tac Tic Tac

Je reviens avec un poème, plutôt « joyeux » comparé aux autres.
Je me suis inspiré encore un peu d’Arthur Rimbaud (« Les Étrennes des Orphelins ») mais également des chansons de Najoua Belyzel.
Presque « too much », ce petit poème raconte une histoire d’amour à la « Roméo et Juliette » et, pour la première fois depuis que j’écris, le récit est narré du point de vue d’un homme.
Oui, c’est un « je », mais c’est un garçon qui raconte le poème.
Toujours quelques notes ténébreuses, mais la lumière est au bout du tunnel.
Ne me demandez pas où je vais chercher tout ça, je ne suis juste pas toute seule dans ma tête…
J’espère que ça ne dégoulinera pas trop d’amour…
Bonne lecture !

Mon histoire commence dans un étrange chaos,
Que j’écris en vers, comme Arthur Rimbaud,
C’était, au printemps, dans un curieux pays,
Qu’elle et moi, fuyons ma horde d’ennemis.

Bien qu’aidés par deux valeureux chasseurs,
Inlassablement, pour elle, j’avais toujours peur,
Lorsque, un soir des plus normal, elle m’annonça,
Que dans quelques mois, nous serions bientôt trois.

Les yeux tout rayonnants, mais gardant le secret,
Restant dans un repaire perdu pour nous cacher,
Mais le Mal invisible veut détruire notre Havre,
Et que les ruines s’empilent sur tous nos cadavres. 

Mon amante se jette dans mes bras, en pleure,
Hurlant : « Je ne veux pas que tu meurs ! »,
Quand de leurs assaut triomphants, ils arrivent,
Essayant de nous séparer, par leurs vaines tentatives.

Et mes alliés luttent également avec véhémence,
Lorsqu’ils s’emparent de ma fiancée avec violence,
Laissant traîner ses pieds nus sur le sol vermeil,
Je sens un coup qui me plonge dans le sommeil.

La pièce est pleine d’ombre, froide et humide,
Aux grands murs de pierres grises, solides,
Mes vêtements sont différents, tout a changé,
Et qui sait combien de jours se sont écoulés.

Je suis là, une autre nuit noire, dans ma prison,
Lorsque j’entends sa voix, hurlant mon prénom,
La chef ouvre ma cage, et ma fiancée y entre,
Se jetant dans mes bras, la main sur son ventre.

Elle les a supplié de me parler une dernière fois,
Se menaçant elle-même, tout en priant pour moi,
Mais les affreux détruisent nos espoirs fous,
Nous disant que nos amis sont partis sans nous.

Ils l’arrachent de mes bras, la ramenant en cage,
À peine le temps d’embrasser son triste visage,
Avant que les ténèbres m’engloutissent à nouveau,
Elle me murmure à l’oreille trois petits mots.

Le temps s’écoule aussi lentement qu’en Enfer,
Lorsqu’un soir, vole en éclats les murs de pierre,
Nos amis, ces héros, qui viennent me libérer,
Me rassurent, car ma fiancée est déjà en sécurité.

Les balles sifflent au-dessus de nos têtes,
C’est la guerre, ou la Mort, qui nous guette,
Courant sans nous arrêter et à vive allure,
Retrouvant l’extérieur, sautant dans la voiture.

Démarrant en trombe, sur la banquette arrière,
Je la retrouve elle, et contre moi, je la serre,
Lorsqu’elle regarde, apeurée, mon bras droit,
Une tache rouge fait couler du sang sur moi.

L’adrénaline tombe, la douleur alors s‘allume,
Les pneus crissent de vitesse sur le bitume,
Quand tout à coup, ma fiancée a si mal,
Pas seulement pour moi, il faut un hôpital.

Elle est allongée sur un lit blanc angélique,
Avec dans ses bras, un petit être magnifique,
Nos amis montent la garde aux portes, dehors,
Car nos ennemis reviendront bientôt en renfort.

Mon bras en écharpe, m’approchant de mes anges,
Mon Dieu, comme tout cela m’est si étrange,
Je me penche vers eux, en remerciant le ciel,
Je vois qu’il a mes yeux, mais son sourire à elle.

Elle me regarde pour me dire, les yeux brillants :
« Je ne connais pas les prénoms de mes parents,
Et, je sais que tu es orphelin, comme moi aussi,
Alors je l’ai appelé comme ton meilleur ami. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s