Requiem For A Nightmare

En ce moment je suis en mode : « Fouiller et dépoussiérer ».
Je veux publier, crier et tout dévoiler.
C’est pour cette raison que je décide de poster ce vieux poème, écrit il y a plus d’un an et laissé à l’abandon sur mon ordinateur.
Ce n’est absolument pas un des plus jolis, mais je pense qu’il est important de dire les choses…

Ici, je m’étais inspiré des chansons du nouvel album d’Indochine « 13 ». Comme la chanson : « La vie est belle » et ma préférée : « Song For A Dream » 
(Qui m’a donné l’idée pour le titre de ma poésie.)
Donc, ici, ce sont des phrases très simples, des rimes « brutes », aucune fioriture, aucune phrase soutenue, aucune longueur égale dans les paragraphes, juste quelque chose qui sort tel quel de mon cerveau…
Et surtout, très sombre… Très très sombre, en fait.
Évidemment, comme pour tout le reste, ça veut réellement dire quelque chose, quand même…

Dans mes cauchemars, j’aimerais être vivante,
La vie est peut-être belle, mais trop terrifiante,
Lorsque tomberont toutes les croix,
Plus personne ne se souviendra de moi.

De l’autre côté, sur ton épaule, je pleure,
En hurlant : « Je ne veux pas que tu meurs ! »
Mais ici, je n’ai personne à qui téléphoner,
Quand je sens les larmes sur moi couler.

Nous irons ensemble mourir là-bas,
Que nous puissions réussir au moins ça,
Et nous, à nos vies si misérables,
Nous aurons une mort incroyable.

Dans quelle région, dans quel pays,
Irons-nous pleurer toutes les nuits ?
Mais qui, ici, s’en offusquera ?
Puisque personne ne me lira.

À tout jamais solitaire, ou orphelins,
Dans les rues de Londres ou de Dublin,
Attaquez nos âmes, ou ce qui nous reste,
Je vous aime, tellement je vous déteste.

Je te sauverai, tu ne mourras pas,
Que je réussisse au moins ça,
J’aimerais donner ma lettre écrite,
Mais à qui ces révélations profitent ?

Aux réveils, des crises d’angoisse,
Aux cauchemars, jamais, ne s’effacent,
Je suis née ici pour n’être qu’avec toi,
Mais, qu’importe, puisque tu n’existes pas.

Alors, qui me parlera d’amour,
Si je pars demain pour toujours ?
J’aimerais revenir en arrière,
Avant de commencer à se plaire.

J’aimerais que « normal » soit une insulte,
Que personne ne me demande d’être adulte,
J’aimerais tomber, j’aimerais sauter le pas,
M’écrouler sur le sol ou bien dans tes bras.

Que la réalité soit comme les cauchemars,
Puisque le Monde est déjà aussi noir,
J’aimerais ne jamais y avoir cru,
Ou bien n’en avoir rien connu.

Nous aimerions avoir eu des parents,
Ou se laisser vider de tout notre sang,
Tout comme avoir eu des amis,
Pour éviter de courir toutes les nuits.

Nos corps douloureux se sont écroulés,
Que tout le monde m’oublie à jamais,
Ce sont juste nos vies, juste nos âmes,
Qui brûleront sans cesse dans les flammes.

J’aimerais atténuer tes douleurs,
Faire disparaître toutes nos peurs,
Personne ne nous contredira,
Car les amis n’existent pas.

C’est juste la vie, ne pleure pas,
La nuit, je reviendrai pour toi,
Main dans la main dans le cimetière,
J’aimerais savoir comment faire.

Même si les autres dans ma tête le veulent,
En réalité, je serai toujours autant seule,
Tomberont les croix, les Anges n’existent pas,
Si je pars, personne jamais ne me pleurera.

18 & 19 Septembre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s