Le Manoir (Les Funérailles)

Pour mes lecteurs de l’ombre et de la lumière…
Voici une autre histoire récente. Mais construite sur les bases d’une histoire bien plus ancienne…
Rien de bien lumineux, j’en ai bien peur. Mais, après tout, c’est mon style, non ?
Pour les plus téméraires : Bonne lecture !



Il y avait la mer… Comme toujours, l’esprit de la mer est avec moi partout où je vais.
Même dans ce manoir. Ce GRAND manoir abandonné.
Abandonné ? Pas tant que ça.
Aujourd’hui, quelque chose s’est passé dans ce manoir : des funérailles.
Pas les miennes (Pour une fois) mais celles de Monsieur Alexander.
Le Karma, sans doute.
Je les vois tous : sa famille (Ce qu’il en reste), ses amis (Qu’il n’a plus depuis des années) et surtout : ses ennemis (En pagaille).
Ils sont tous si… Vieux…
Combien d’années ont passé ? 10 ans ? 15 ans ?
J’étais si jeune lorsque je les ai connus. Et maintenant…
Eh bien, je reviens. Je n’ai pas changé (Physiquement, en tout cas) mais eux…

Un cercueil blanc.
Comme dans sa vision. Celle d’Alexander, sur la fin du Monde (Dont il était la cause, bien sûr).
Il a eu raison… Et tort.
L’enterrement est tellement solennel, mais c’est là que je le revois : Jeremy.
Jem.
Il a un peu vieilli, lui aussi. Une barbe de trois jours lui ronge les joues et quelques cheveux grisonnants rayonnent par le soleil pâle qui se couche.
Dans le silence absolu du manoir, tout le monde présente ses « condoléances ».
Mais, à qui ?

Après ce « triste » moment, les gens retournent à leurs tricots. Et le brouhaha envahit le manoir.
Jusqu’à l’attaque.
Le manoir est, comme son nom l’indique, immense. Mais sur un seul étage uniquement. Et c’est tant mieux, pour la suite.
Parce que c’est à ce moment-là, qu’ILS nous ont attaqués.
Les statues vivantes.
Enfin, elles n’ont pas toujours été des statues. Elles n’ont pas toujours été vivantes non plus. Mais, aujourd’hui, elles le sont.
Et elles veulent entrer dans le manoir.
Alors, j’utilise ce que j’ai gardé secret jusqu’à maintenant : ma Magie.
Je hurle :
– Awendaþ eft wansæliga neat !
Et les statues reculent sous l’effet de mon sort. Mais ce n’est que temporaire. Nous avons besoin de plus de temps.
Jem me regarde. Me dévisage, pour être plus précise. Comme s’il me redécouvrait. Moi aussi, je découvre quelque chose. Une sorte de sympathie. Attirance pour lui. C’est si étrange. À l’époque, il y a des années de ça, mon cœur appartenait tantôt à son meilleur ami, tantôt à l’homme allongé dans le cercueil. La raison pour laquelle je devais venir à ces funérailles.

L’ami de Jem, que Jem lui-même a toujours surnommé « CK » cours vers nous avec panique. Il sait que les monstres vont attaquer à nouveau. J’acquiesce en disant :
– Nous devons verrouiller toutes les issues. Portes, fenêtres, les moindres coins !
Tout le monde s’exécute.
Dans ce GRAND manoir.
Immense.
Nous verrouillons tout à clefs. Et je garde l’une des clefs dans la paume de ma main. Je la fixe intensément. Cette clef dorée et rouillée. Un souvenir… Gardée derrière une porte noire fermée à double tour… Quinze ans aussi. Déjà…

Jem me fait revenir à la réalité. Les statues forcent les entrées. À l’intérieur du manoir, c’est la panique. Tout le monde est en proie à une angoisse soudaine. Sauf, bien sûr, Alexander.
Un bruit.
Une vitre qui se brise et les gens sursautent. Moi y compris. Je lâche la clef qui tombe sur le sol carrelé en faisant un autre son étrange.
Jem se tourne vers moi avec un regard inquiet.
– Fais quelque chose… S’il te plaît…
Encore une fois, j’acquiesce en me dirigeant vers les statues qui progressent. Je tends mes mains vers elles en criant :
– Flíeh on nu moras !
Elles ralentissent. S’arrêtent.
Quelques minutes. Mais ma Magie n’est pas assez puissante contre elles.

Une autre fenêtre se brise. Le verre tombe sur le carrelage. Une porte explose.
Les créatures continuaient leur ascension.
Mais, elles ne sont pas seules.
Une personne les contrôle. Une grande ombre noire cachée sous un vêtement de soie sombre.
Jem se place à ma gauche. Proche de moi, il murmure :
– Qui est-ce ?
Je n’en sais rien. Mais si cette Être est ici, il n’y a pour moi, qu’une seule raison à cela.
– Probablement un ennemi d’Alexander.
Jem étouffe un rire.
– Nous sommes tous les ennemis d’Alexander.
Il a raison. Il tourne son visage désormais sérieux vers moi et rajoute :
– Tu l’as écrit à l’époque. Votre histoire. Notre histoire à tous. Qui commence dans un manoir. Essaye de changer la fin… Evenstar…
Il susurre le dernier mot dans mon oreille. Un surnom oublié…
Jem m’a pris la main et j’ai senti comme une autre Magie m’envahir. Qui, combiné avec la mienne, pouvait arrêter les monstres.
– Forþ fleoge !
Il a vu mes yeux changer de couleur. Passer du brun au doré.
Et le Leader vêtu de noir s’est stoppé dans son élan.
Mais pas uniquement eux. Les invités, les innocents dans le manoir, ne bougeaient plus. Le temps venait de se figer. Sauf pour Jem et moi.

Main dans la main, nous nous dirigions vers une des sorties. L’air frais de la nuit raviva nos sens. Nos esprits. La lune dans le ciel éclairait les statues immobiles autour du manoir. Contre les murs. Passant les fenêtres et portes pour attraper les Humains.
Sauf que, les monstres ignoraient que certains invités n’étaient en rien des Êtres Humains.
Jem si. Et cela le mettait en danger.
Alors, à ce moment-là, j’ai compris.
J’ai laissé Jem dehors et j’ai fait demi-tour vers la Magicienne qui contrôlait cette armée. Je ne pouvais pas voir son visage derrière son voile de soie noire. Mais qu’importait…
Elle était encore figée et le temps m’était compté.
– Ic her aciege ænne windræs ! Færblæd wawe ! Windræs ungetermed gehiere ! Ic ðe bebiede mid ealle strangnesse ðæt ðu geblæwest ond sierest strange ! Ge spurne þeos hægtesse !
Le temps reprit son cours. Avant ça, une fumée étrange émana du corps de l’ennemie et forma une boule de lumière noire au-dessus d’elle. Avec ma main gauche, j’attrapai cette boule rutilante par Magie et… Je la détruisis.
La Nécromancienne hurla. De douleur ou de haine ?
Les deux, probablement.
Les statues se remirent à avancer, tandis que les Humains tentèrent de s’enfuir.
Sauf moi.
Car les bras squelettiques de la mystérieuse femme m’attrapèrent et agrippèrent mon cou avec fermeté. Le souffle coupé, je vis au dernier moment Jem courir vers moi.

La Nécromancienne me lâcha et me jeta au milieu des statues. Je savais que Jem ne me laisserait pas seule au milieu de nos ennemis. Mais s’il avançait encore, il serait pris dans leur piège lui aussi. Alors, à contre cœur, je me suis mise à murmurer :
– Wáce ierlic.
Et Jem recula contre sa volonté, sous l’effet de ma Magie.
Il savait ce qu’il lui restait à faire : aider tous les invités à s’enfuir.
Il ne voulait pas me laisser, mais il n’avait pas le choix, pour le bien de tous.

Jem lança un dernier regard vers moi.
Une larme coula le long de ses joues et il disparut au moment où les statues bloquèrent ma vision. Elles se jetèrent sur moi pour me battre.
Allongé sur le sol, en position fœtale, je sentais mes os se briser et mon sang couler sur le carrelage froid.

À la fin, il ne resta que la Magicienne inconnue, son armée, le cercueil blanc et moi.

Jem avait raison.
J’ai déjà écrit la première histoire. Il y a déjà dix ans de cela…
Qui commençait dans un manoir. Celui d’Alexander.
Pourtant, je n’ai pas pu changer la fin.
Je suis morte dans la première aussi.
La boucle est bouclée, l’histoire est terminée.

Février 2020


« C’était un magnifique cœur de cristal. Alors qu’ils s’embrassaient, la limousine s’arrêta… 
Ils étaient arrivés au manoir… » 

Février 2010


 

Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

2 réflexions sur “Le Manoir (Les Funérailles)

Répondre à Alisone Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s