V World – Door Number Three

J’aime raconter des histoires.
Je ne le dirais jamais assez. Jamais trop.
Des histoires Fantastiques. Des histoires d’amour. Des histoires qui sont arrivées, ou pas, ou qui arriveront. Ou pas.
Voici une autre histoire.
Je dirais presque « réelle », car je parle du COVID19 et de comment je m’en échappe.
Le poème est un peu (beaucoup) long et raconte une grande histoire. Il m’a fallu 4 à 5 jours pour l’écrire ! (Un peu chaque jour)
Donc, prenez votre temps pour le lire !
Bonne lecture et bon voyage !


Aujourd’hui, n’est plus comme les Mondes d’antan,
L’heure a tourné, c’est la fin d’un ancien Temps,
Je prends mes affaires pour une différente ville,
Qui, de prime abord, me semble bien tranquille,
Mais ne l’est pas, bien sûr, c’est une illusion,
Que je préfère au Virus de ma génération.

Traitez-moi de lâche, je pense que je le mérite,
Fuir une pandémie pour une seule vie maudite,
Je cours dans les rues, je danse sous la pluie,
Je hurle avec la lune, je fuis dans la nuit,
Si chez moi, certain veulent franchir mon seuil,
Je jure par le soleil, de les renvoyer au cercueil.

Mais le cœur à ses raisons que la raison ignore,
Et l’amour frappe, qu’on soit vivant ou mort,
Au milieu des bougies et des chants en latin,
Des verres de Whisky, en déjeuner du matin,
Des tourbillons de sang à la place d’un Virus,
Si vous l’aimez comme moi, faite un pas de plus.

J’ai le temps et l’envie, de toujours écrire,
Mes carnets se remplissent sans même dormir,
Lorsque j’erre avec lui, dans son grand manoir,
Je n’ai plus peur de la nuit ou des cauchemars,
Démon n’en ai pas, juste mille fois mon âge,
Ce qui, dans un sens, me donne du courage.

Alors oui, j’ai fui la réalité et sa fichue pagaille,
Pour quoi ? Une suite sans fin de funérailles,
Une suite de pleurs et de deuils éternels,
De dizaines de pertes, de lanternes dans le ciel,
Comme si le Virus n’était pas si immonde,
Je préfère m’en sauver et rester dans mon Monde…

Je demeure ici, vivant des milliers d’aventures,
Et ce soir, s’il le faut, je choisirai la morsure,
Échappant aux rues vides aux trottoirs déserts,
Pour une grande fête entre amis, je suis volontaire,
Pour un dîner, un gala, une soirée et surtout un Bal,
Et seulement danser avec lui, sous les étoiles.

Il n’y a qu’un Virus ici et il est mystérieux,
Une douce folie, derrière des yeux trop bleus,
Il y a des morts, certes, mais qui nous reviennent,
Et nous avons l’éternité pour gérer nos peines,
Nous avons la mort devant nous pour nous enfuir,
Jamais plus rien ne nous empêchera de vivre.

Bien que la descente soit longue et douloureuse,
Elle est plus facile à faire en étant amoureuse,
Sans marquage au sol, je peux être touchée,
Sans Distance Sociale, je peux être embrassée,
Le Virus qui m’enivre ici, n’est pas mortel,
Mais me préserve plutôt, par une vie éternelle.

Les Pubs et les magasins ne sont pas fermés,
Dans les rues, les parcs, nous pouvons se promener,
Sortir, se pauser au Café, boire une bonne Pinte,
Inviter des amis ou aller au cinéma sans crainte,
OK, il y a une contrepartie à être indépendant,
L’envie, la faim enragée et l’appel du sang…

Suis-je à blâmer de choisir une autre vie ?
Remplie de Cinq Chasseurs avec leurs folies ?
Errer dans les grottes sombres d’une île perdue,
Courir le plus loin possible d’un Virus qui tue,
Dans mon Monde de combats, de pieux aiguisés,
Venez… Rattrapez-moi, si vous le pouvez.

La Chasse, le feu, la peur et d’autre tortures,
Ici, la mort prend une bien étrange tournure,
Lorsqu’on s’allonge, la nuit, sur une route déserte,
On attend les vivants, comme une envie inerte,
Courir dans la forêt et jusqu’au grand manoir,
Puis danser au Bal, dans ma belle robe noire…
Rien n’existe, être Humain est à se damner,
Alors nos émotions, nous préférons les bloquer,
Notre antidote n’est pas le même que le vôtre,
Mais nous vivons enfin, un jour après l’autre,
Même si je pleure, que je sois ici ou là-bas,
Je choisirai toujours la Porte Numéro Trois.

29/30/31 Mars 2020 – 1er Avril 2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Une réflexion sur “V World – Door Number Three

  1. Ping : New Orleans (The Order Chronicles #1) – Alisone Davies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s