La Tribu de Personne

Plus qu’un simple « ras-le-bol », un véritable coup de gueule.
Écris en quelques minutes hier soir, dans mon lit, les mots ont fusé plus vite que mes pensées.
Je pourrai m’excuser pour l’amertume non camouflée de cette chanson / ce poème.
Mais, non.
Je ne m’en excuse pas du tout.
Car cette vérité est pour eux, pour moi, pour tous les talents encore trop caché dans l’ombre de ce Monde brisé…
Vous n’êtes pas seuls…

Inspiration : « La Tribu de Dana » de Manau.

Pour les deux ou trois lecteurs, bonne lecture…


Les vents soufflent sur les sites des Internets Mondiaux,
Je prends avec moi mes rêves, mes espoirs et mes idéaux,
Litany, mon amie, est venue me relancer,
Des histoires, en nous, se sont mises à germer,
Là où nos connaissances, des écrivaines populaires,
Après toutes leurs éloges reviennent un peu sur Terre,
Mais c’est l’heure maintenant de défendre nos écrits,
Contre l’indifférence, la haine et la mégalomanie,
Notre petit duo s’est réuni autour du clavier,
Pour un brainstorming, pour échanger nos idées,
Après cette joie et l’Histoire qui nous intéresse,
Je me pose pour siroter ma Pinte de Guinness,
Pour le courage, pour éviter les faux espoirs,
Pour rester fortes au milieu de cette toile noire,
Ce n’est pas la première fois que le désir m’abandonne,
Et j’aimerais partir de la Tribu de Personne.

Malgré mes incantations de sorts et de magie,
Il n’y aura jamais aucun lecteur pour nos écrits,
Cette lutte reste terrible et je ne vois que le vide,
Qui engloutit la toile tout comme ses arachnides,
Quelques écrivaines peuvent tomber près de moi,
Sous le néant lourd qui nous terrassera,
Le rien, le vent et l’indifférence totale,
Qui fait couler les larmes sur le point final,
Pour mes jours d’angoisse où mes mains se traînent,
Sur les touches noires et blanches de ma peine,
Faut-il continuer ce combat déjà perdu ?
Parfois je le veux, parfois je n’en peux plus.
La lutte continuera jusqu’à la fin des temps,
Jusqu’à ce que les oubliés lancent un soulèvement,
Tout raser sur notre passage, tel un cyclone,
Pour quitter la Tribu de Personne.

Au bout de la souris retentit un léger « clic »,
D’une Nouvelle sympa, d’un OS Historique,
Comprennent-elles qu’on lutte dans leurs ombres ?
Que c’est simple, car nous voici en sous-nombre ?
Les écrivaines disparaissent, mais je comprends ça,
Si c’est pas du MM ou Destiel, personne ne les lira,
Quand mon regard se pose sur tous mes sites,
Je suis la seule enregistrée en visite…
Mes mains lâchent la souris et quittent le clavier,
Je ne peux même plus lire, il ne reste plus qu’à pleurer,
Je n’ai jamais compris pourquoi je n’aurais pas de nom,
Pour mes histoires, pour toute mon imagination.

Alors, les vents soufflent toujours sur les sites des Internets Mondiaux,
Et je m’en éloigne, pour moi il n’y a plus rien de beau,
Je reconstruirais tout IRL pour commencer ma Légende,
Et je resterais loin de vous, caché dans mon Irlande.


The World is broken, but you are not alone.

30.03.2021

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

3 réflexions sur “La Tribu de Personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s