REDs

REDs
(Triggers, Flashbacks & Nightmares)


« Chacun de nous a un Ange, un gardien qui veille sur nous. On ne sait pas quelle forme ils vont prendre : un jour, c’est un vieillard, le lendemain, une petite fille. Les apparences sont trompeuses, ils peuvent être aussi féroces que des dragons. Pourtant, ils ne sont pas là pour se battre à notre place. Mais pour chuchoter depuis les feux de la rampe. Pour nous rappeler que c’est nous, chacun de nous qui détenons les pouvoirs dans les Mondes que nous créons. Nous nions l’existence de nos Anges, nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent là où on les attend le moins et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout êtres sortis de notre imaginaire, ils crieront à travers des Démons s’il le faut. Pour nous pousser…
À engager le combat. »


Date d’écriture : 29.08.2011
Date de publication : 02.05.2021
Encore 10 ans plus tard. Il est encore temps d’en faire quelque chose.

Dans la suite logique de ma dernière saga : « Dans un Autre Monde »
Poème plus récent associé : « Somewhere along in the bitterness »

Notes : J’ai essayé de garder le poème suivant en l’état. En corrigeant seulement les fautes et changeant deux ou trois petites choses pour la fluidité de la lecture. Mais ça reste un « vieux » poème, écrit lorsque j’étais jeune. Cependant, la morale et les sentiments qui en ressortent, sont toujours aussi pertinents.

Bonne lecture… Dans le passé !


« Va retrouver une vie normale. L’amour, la liberté…
Il faut que tu vives pour nous toutes. Tu es la seule d’entre nous qui as une chance de réussir. Rentre chez toi et vie, c’est comme ça qu’on gagne. C’est bien, c’est mieux comme ça. Ce n’est pas mon histoire…
C’est la tienne. »


Tous deux ont l’air si différent,
Et pourtant, ils ne le sont pas,
Sous leurs grands airs absents,
Se cache une blessure qui ne guérit pas.

Et même leur pire ennemis,
Ont aussi un lien entre eux,
C’est ça qu’on appelle l’ironie,
Connaissant leurs actes affreux.

Elle ne savait pas à qui parler,
Jusqu’à ce qu’elle le rencontre,
Avant, elle devait tout cacher,
Désormais, elle le lui montre.

Parce qu’il peut la comprendre,
La douleur qu’elle ressent,
L’irritabilité qu’elle engendre,
Lorsqu’on perd un enfant…

Vous verrez qu’en lisant l’histoire,
Les genres seront inversés,
Et les touches blasphématoires,
Ne devront pas être grondées.

Lui, a perdu sa fille et sa femme,
Elle, son fils et son mari,
Par un couple d’être infâme,
Que la vengeance nourrie.

Il tombe plus tard en dépression,
Ainsi que notre jeune héroïne,
Et après leurs aliénations,
Une idée les obstines.

Pour les faire se rencontrer,
L, par ses yeux larmoyants,
Lui donne envie de la sauver,
L’histoire commence maintenant :

Les meurtriers savent tout,
Ensemble, décident de s’unir,
Pour pousser nos héros à bout,
Les Êtres malsains aiment jouir.

Red J et Red B, très complices,
Remarquent alors l’étincelle,
Entre le consultant et la novice,
Bossant tous deux à la criminelle.

Ayant, ensemble, tuer leurs proches,
Les suivants seront donc eux,
En luttant, ils se rapprochent,
Tomberont-ils amoureux ?

Heureusement, les amis sont là,
Pour pouvoir s’évader encore,
Même s’ils ne comprennent pas,
Ils font parti du décor.

Le but de nos jeunes héros,
Est le meurtre de leurs ennemis,
En faisant leur petit numéro,
Ils cherchent des preuves à l’appui.

Peu importe le temps qu’il faudra,
Peu importe tous leurs acharnements,
Ils ne pensent qu’à leur vendetta,
Pour avoir perdu leurs enfants…

L, c’est une histoire sans fin,
Car on ne revient pas en arrière,
À jamais est changé leur Destin,
Celui d’un père et d’une mère.

Ils se sont tous deux bien trouvé,
Ancien Medium, ancienne écrivaine,
Devenant agnostiques accablés,
Croulant sous le poids des peines.

Ce poème d’un autre Monde,
Reste triste, mais admirable,
Celle de cette petite blonde,
Que le malheur accable.

Et c’est dans son antre à part,
Qu’elle continuera sa survie,
La suite de cette histoire,
Dépends désormais de sa vie.

L et lui enfin rapproché,
Par un Destin tragique,
Leur deuil et vengeance achevée,
Sera la fin de ces Chroniques.

Celles d’une fille ayant tout perdu,
Jusqu’au centre des cauchemars,
Terminée la gentille petite ingénue,
En Enfer, elle a plongé le regard.

Plus rien ne sera comme avant,
Et l’histoire se finit ainsi,
Comme la vie de son enfant,
Que sa gardienne a occis.

Tout cela est une coïncidence,
Même si c’est dans sa tête,
Parce qu’il y a une différence,
Entre mourir et ne jamais naître…


« Et, finalement, cette question, le mystère : Qui raconte l’histoire de qui ? Qui lève le rideau ? Qui choisi les pas que nous allons danser ? Qui nous rend fou ? Nous single de coups de fouets et nous acclame dans la victoire quand nous survivons à l’impossible ? Qui… Fait tout cela ? Qui fait en sorte que notre existence honore les autres ? Qui envoie des monstres pour nous tuer ? Et en même temps nous chante que nous ne mourons jamais ? Qui nous apprend ce qui est vérité ? Et à rire du mensonge ? Qui décide pourquoi on rit, et quel combat risque la mort ? Qui nous enchaîne, et qui détient la clef qui peux nous libérer ?
C’est vous…
Vous avez toutes les armes en vous…
Alors battez-vous… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s