Slán go fóill 2

C’était il y a longtemps, ou pas si longtemps,
Sur une île posée là, sur le bleu océan,
J’y laisse ici les dernières années de ma vie,
Cinq ans avec toi, et j’en suis déjà bénie.

Je porte mes pas ailleurs, vers un autre âge,
Sauvant inlassablement le même personnage,
Cet innocent, en pleine chasse aux Sorcières,
Sautant ensuite dans le train de notre hiver.

C’est l’hiver aussi, pour mon Soldat,
Immobile, ensemble, dans le froid,
Dans les Bunkers secrets de Sibérie,
Fuis, mon amour, fuis…

Mes yeux reverront, jusqu’à la toute fin,
L’Immortel étrange, parfois si craint,
Que je comprends, en voyant ses toiles,
Notre Monde, je pense, est déjà trop mal.

Je me pose, quelques jours, dans un trou,
Propulsé encore, dans la ville des loups,
J’écris, j’écris, j’écris, car il se meurt,
Il m’a sauvé aussi, quand c’était mon heure.

La porte me conduit vers ma Maison,
Verte et Argentée, perdons la raison,
Les Méchants ne sont pas ce qu’on pense,
Toi aussi, tu as le droit à ta chance.

Presque le même homme, pas si loin,
Une ville peuplée de méta-humains,
Aux Super-Pouvoirs bien étranges,
Comme toi aussi, mais tu les déranges.

Oh ! Dans cet immense Pays improbable,
D’animaux magiques, d’une Reine détestable,
J’y retrouve un bien jeune voyageur,
Qui, jadis, n’avait plus de cœur…

Dans un laboratoire d’une ville Américaine,
Retrouvons une de mes anciennes vies lointaines,
Les choses ne changent pas pour moi et lui,
Entre meurtres, attaques et tueurs en série.

Je termine, ici, emporté par le sang,
Des millénaires des Mondes d’antan,
Lorsque, par magie, la terre tremble,
Ils disparaissent, tous les deux, ensemble.

Lorsque le moment revient, une nouvelle fois,
Je vois vos vies partagées, entre elles et toi,
Comme les autres, je sais, je ne me relèverais plus,
Je dois partir, tu le sais, nous ne l’avons pas vu,
Je saute de portes en portes, dans mes passages,
Échappant à tes vidéos, et à tes images,
J’essaye de toutes mes forces à chaque fois,
Alors, pourquoi je rêve encore de toi ?
Comme nous cherchons tous à être heureux,
Il est temps, j’en ai peur, de te dire Adieu.


Première version : 05.05.2021
Seconde version : 15.05.2022
Il y a des choses qui sont affreusement difficiles à changer…
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s