Trigger, Dissociation et Création

Notes de l’Auteure :
Pour bien comprendre ce nouveau chapitre, je vous conseille vraiment de lire mon article, au nom de :
« Mon Palais Mental – Thérapie – Exercice 3 »
J’explique comment mon Palais Mental fonctionne, les étages, les salles et les gens à l’intérieur.
Ici, je vais essayer de vous décrire au mieux comment une nouvelle salle s’est créée hier, et pourquoi.

Je vis à Drogheda, en Irlande, depuis 4 ans. Je vis avec mon chéri, un Irlandais, dont je garderai le nom anonyme pour des raisons évidentes.
Le vendredi 11 Novembre 2022, sa maman nous a quittés…
Je la connaissais, pour avoir fait quelques Noël avec la famille de mon chéri.
Le dimanche 13, nous avons attendu pendant plus de 4h30, durant la veillée du soir, que le Prêtre vienne pour les derniers sacrements.
Pendant ce long temps, je dissociais beaucoup, et je me retrouvais dans ma Panic Room, à l’intérieur de mon Palais Mental, en compagnie de Castiel. (Lire l’article à ce sujet) mais, dans les grandes lignes :
J’ai créé ma Panic Room avec Castiel en 2014, j’ai pris en exemple mon livre préféré :
‘Le Petit Prince’
Ma Panic Room s’ouvre sur l’Astéroïde B612. Avec la belle rose rouge sous globe et les volcans déjà ramonés. Je m’installe sur la chaise avec Castiel pour regarder les 1440 couchers de soleil, par 24H.

Le mardi 15 Novembre, jour de l’enterrement…
Après avoir suivi le cortège jusqu’à l’Église, j’ai été Triggered :
Lorsque mon chéri et sa famille ont soulevé le cercueil de leur maman pour le faire entrer dans l’Église, j’ai eu des flashbacks de cette exacte même scène, pour mon père. Assassiné le 1er Janvier 2007, décédé le 2, enterré le vendredi 5. Entre temps, à l’Église, les collègues Gendarmes de mon père ont soulevé son cercueil pour le conduire devant l’autel du Prêtre.
Triggers.
J’ai pleuré.
En m’asseyant sur le banc, j’ai commencé à dissocier et à me réfugier dans mon Palais Mental. Ma Panic Room n’était pas suffisante.
Alors…

[À Drogheda]
J’étais assise sur le banc, avec la famille de mon chéri. Les paroles du Prêtre m’ont emporté loin…

[Dans mon Palais Mental]
Mick est arrivé devant moi, au début, nous sommes restés ensemble dans le couloir du 3e étage. Je n’étais pas d’humeur de passer une Porte Dimensionnelle pour aller ailleurs.
Du coup, Mick et moi sommes restés à marcher au 3e étage. Il essayait de me calmer, tandis qu’Oswald est arrivé devant nous, avec toujours son verre de vin rouge à la main, pour nous parler. Il me disait de le rejoindre et de passer la Porte pour aller chez lui à Gotham.
Mais, comme je le disais, je n’étais pas d’humeur…

[À Drogheda]
Les membres de la famille vont lire des prières au micro de l’autel.

[Dans mon Palais Mental]
Mick veut m’emmener dans ma Panic Room. Mais, toujours pas d’humeur.
Alors, nous avons décidé de créer une nouvelle salle. D’une beauté incommensurable pour contrecarrer l’horreur de la vraie vie.
J’ai utilisé ma Magie et mes sorts, pour ouvrir une nouvelle pièce, une salle géante, aussi grande que la plus grande des salles de bal.
Oui, la nouvelle salle est une salle de bal.
Je lançai mes sortilèges pour créer le sol, le plafond et les murs :
– Ic bebeode þisne sweord þæt hé forcierfe þá bende þæra dracan un clýse…
Imaginez la salle de bal dans le Disney ‘La Belle et la Bête’, c’est aussi grand que ça. Au début, il y avait des tapis de velours rouge et des vitraux multicolores aux fenêtres.
Mais, finalement, ça ne me plaisait pas. Alors, j’ai tout changé :
– Awendaþ eft wansæliga neat…
Les murs sont devenus un océan.
La salle immense est comme un dôme. Un dôme de verre, qui donne directement sur le plus bleu des océans. Les murs sont comme des vitres d’aquariums géants, avec une vue à 360 degrés, de gauche à droite, et même en haut. L’eau cristalline éclaire les milliers d’animaux marins.
Vous pouvez voir passer des pieuvres géantes, des méduses, des poissons étranges, des étoiles de mer, des requins, des baleines au loin et les algues dansant sur les coraux multicolores des récifs. Bien sûr, quelques Sirènes venaient nous voir, de temps en temps.
Le sol a la même couleur que celle du sable.
Malgré le fait que l’eau éclairait la salle, j’ai murmuré un nouveau sort :
– Leoht !
Des bougies, des chandelles sont apparus au-dessus de nos têtes, flottantes par magie. Comme le ciel de la Grande Salle dans Harry Potter.
Des bougies aux flammes éternelles, par centaines, toutes autour de nous, pour nous illuminer et faire briller l’océan.

[À Drogheda]
Nous nous mettons à genoux pour prier, tandis que le Prêtre parle.

[Dans mon Palais Mental]
Mick était époustouflé, tournant sa tête dans tous les sens. C’était comme vivre sous l’eau, dans un dôme géant, en mode Atlantis.
Il manquait cependant une dernière chose à cette salle de bal :
– Flíeh on nu moras.
Des millions d’étincelles azur m’entourèrent pour créer, par ma magie, une magnifique robe. Une copie simplifiée de la robe de Cendrillon, dans le film de 2015.
D’un bleu aussi pur que l’eau de l’océan, un long pan qui tombait à mes pieds et des bretelles de dentelles couvertes de paillettes argentées. Bien sûr, j’avais aussi des chaussures à talon… En verre !
Mick portait désormais un pantalon noir et une chemise blanche, sans cravate, légèrement ouverte sur le devant. Ses yeux bleus translucides me regardaient avec émerveillement.
Puis, Mick m’a pris dans ses bras, en souriant.

[À Drogheda]
Le Prêtre appela mon nom et celui de mon chéri. Nous nous sommes levés pour nous rendre au fond de l’Église. J’ai fait en sorte de ne pas regarder devant moi, les centaines de gens, assis au fond, pendant l’enterrement. Mon chéri et moi avons pris les offrandes que nous avons ramenées au Prêtre.
Puis, nous nous rasseyions.

[Dans mon Palais Mental]
Les chants Religieux de l’Église résonnèrent dans la salle de bal. La main gauche de Mick dans ma main droite. Et sa main droite sur ma taille, nous dansions une valse, au rythme des prières.
Mick me regardait en souriant, puis, il m’a murmuré :
– Il te manque quelque chose… Puis-je utiliser la Magie du Palais pour créer quelque chose, à mon tour ?
– Bien sûr !
Mick n’avait pas de pouvoirs, mais le Palais si.
Il a donc puisé dans cette Magie, pour réciter :
– Awendaþ eft wansæliga neat.
Mes longs cheveux châtains sont toujours coiffés en une longue tresse qui tombe dans mon dos. Mais là, sur mon crâne, une magnifique tiare a commencé à apparaître par magie. Une couronne qui entourait ma tête, elle n’était pas lourde. Mais elle était sublime : entièrement faite de coquillages nacrés, de perles d’huîtres, de pierres précieuses aux couleurs de l’océan et de diamants bleus.
Mick était ravi de ce cadeau magique.

[À Drogheda]
Nous nous sommes levé chacun notre tour pour marcher vers le Prêtre, se faire bénir et prendre l’hostie.
Puis, retour à genoux en prière.
Je ne suis pas croyante et je ne connais aucune prière. Si en Français, je peux faire du playback, ici, c’était impossible…
(OK, ce n’est pas tout à fait vrai, il n’y a qu’une seule prière que je connais par cœur, et c’est le Psaumes 23. Mais ceci est encore une autre histoire…)

[Dans mon Palais Mental]
J’ai claqué des doigts pour mettre, par magie, une musique dans la salle de bal :
‘Snow Waltz’ de Lindsey Stirling.
Nous dansions encore et encore, sous les reflets de l’océan.

[À Drogheda]
Le cercueil fut à nouveau porté jusqu’au corbillard, dehors. La famille et les amis, même ceux du Pub, sont venus porter les condoléances à mon chéri, que je tenais par le bras.
Après ça, nous avons suivi le cortège jusqu’au cimetière. Je suis resté avec mon chéri tout ce temps.

[Dans mon Palais Mental]

Je discutai avec Mick, tout en admirant les méduses allaient et venir au-dessus de nos têtes.

[À Drogheda]
Devant la tombe. Mon chéri a fait descendre le cercueil avec les autres. Tout le monde a pleuré, le Prêtre a récité des prières et puis, dans le micro, il a passé la chanson préférée de la défunte.
Une chanson Irlandaise :
‘Danny Boy’

Tout le monde a pleuré, y compris moi.

« O Danny boy, the pipes, the pipes are calling,
From glen to glen and down the mountainside,
The summer’s gone and all the roses falling,
‘Tis you, ’tis you must go and I must bide… »

[Dans mon Palais Mental]
Mick m’a repris dans ses bras pour une dernière valse.
La chanson Irlandaise résonnait dans la salle de bal, et nous dansions au rythme de cette complainte.

« But come ye back when summer’s in the meadow,
Or all the valley’s hushed and white with snow,
‘Tis I’ll be here in sunshine or in shadow,
O Danny boy, O Danny boy, I love you so.

O Danny boy, the stream flows cool and slowly,
And pipes still call and echo ‘cross the glen,
Your broken mother sighs and feels so lowly,
For you have not returned to smile again. »

Mick souriait et pleurait en même temps.
Même si je l’oublie souvent, Mick n’est pas Irlandais, mais Anglais.
Au moment du dernier couplet, tout le monde pleurait.
Dans le Palais, comme à Drogheda.

« So if you’ve died and crossed the stream before us,
We pray that angels met you on the shore,
And you’ll look down, and gently you’ll implore us,
To live so we may see your smiling face once more,
Once more. »

Puis, Mick sourit.
Je lui ai demandé pourquoi et, lors de nos derniers mouvements de valse, il a dit :
– Je profite. Je sais que ce soir, tu retourneras à la Morgue de Seattle pour rejoindre Blaine. Mais, si je peux faire en sorte que la Mort ne te suives pas durant quelques heures, je le ferais.
Il l’a fait.
Quant à l’emplacement de la salle de bal dans le Palais, je voulais la mettre au 3e étage, car c’est là-bas que je passe le plus de temps.
Mais Mick m’a dit que, justement parce que je passais tout mon temps au 3e étage, il valait mieux mettre la salle ailleurs pour me faire un peu plus bouger dans le Palais, et accessoirement parler aux autres gens. (Oswald, Castiel et Peter.)
Donc, la salle se trouve désormais à la sortie du Hall d’entrée, avant les escaliers pour le 1er étage.
La porte est une porte transparente qui donne sur l’océan. Comme un passage, un pas dans l’océan pour passer à travers sans pourtant être mouillé et tomber dans la salle de bal…

[À Drogheda]
Après les derniers Adieux, mon chéri m’a rejoint et nous sommes allés au Pub avec le reste de la famille et des amis.
Voilà comment une nouvelle salle s’est créée ce jour-là.
Voilà comment nous gérons les traumas, comment nous transformons l’atrocité en quelque chose de magnifique.
Le soir, Mick avait raison, je me suis retrouvée avec Blaine dans une Porte Dimensionnelle du 3e étage, et mon chéri est rentré à 1h30, en pleurs…

Le pire reste encore à venir, et j’en sais quelque chose…


16.11.2022
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s