Mermaid’s Love

Nous marchons ensemble sur la plage,
Sous nos pieds craquent les coquillages,
Ta cigarette se mélange à mon embrun,
De l’air marin, comme un doux parfum.

Le vent d’été souffle comme autrefois,
Et part au loin disséminer nos joies,
Lorsque, encore, la marée me piège,
Ton grand pull m’enveloppe et me protège.

En équilibre sur les roches couvertes d’algues,
Ou courir au bruit et au chant des vagues,
Je suis Sirène des Océans et des Mers,
Et toi, seul, un enfant de la Terre.
Quand Laytown nous chasse par son froid,
Retournons ensemble à Drogheda,
Ton Pub nous attend là-bas.

28.08.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

La vérité sur 2020

Ne croyez pas tout ce que les médias vous disent… La Vérité est ailleurs…

Les Mayas avaient prédit la fin du Monde en 2012, sauf qu’ils ont fait leurs calculs sur le sol terreux de leur terrier et, lorsqu’il a plu pendant trois jours et deux nuits, une virgule a disparu de leur addition et a caché la vérité : la fin du Monde était pour 2020…
Une espèce animale en voie d’extinction a voulu se venger de la terrible menace que représente les Êtres Humains : Les pangolins… Ils ont élu un chef pour leur coup d’État, Maître Pangolin, et ont décidé de contaminer ces petits cons d’Humains.
Pendant ce temps, je buvais ma Pinte de Guinness à « The Admirals ».
Les Chinois sont tombés dans le panneau et, peu à peu, la vengeance à traverser les pays.
Sauf en Irlande.
Maître Pangolin a fait la Marche de la Libération lors de la Cérémonie des Échanges des Virus. Et a condamné les cons d’Humains a avoir l’air con tous les jours de leurs vies en portant un masque dégueulasse pour cacher leurs sales gueules.
Submergés par leur nombre de deux Pangolins, les Humains se sont lâchement exécutés en prêtant allégeance au Maître de tous. Et en faisant édifier une statue de la taille des Pyramides en hommage à Maître Pangolin. Tous les pays se sont rallié à sa cause.
Sauf l’Irlande.
Pendant ce temps, je buvais une autre Pinte de Guinness à « The Admirals ».
Mais lorsque les ennemis jurés de Maître Pangolin, Raptor Jesus et son terrible complot Reptilien, ont quitté l’Alpha du Centaure pour venir sur Terre, une terrible guerre a opposé les deux Seigneurs de la Terre. La population Humaine a paniqué, déclarant l’état d’urgence en confinant les gens dans leurs horribles demeures pendant des mois et des mois. Les pays se sont changés en prison géante.
Sauf l’Irlande.
Et, pendant ce temps, je buvais encore des Pintes de Guinness à « The Admirals ».
Les Hommes ont paniqué et ont essayé de lutter contre l’armée de Raptor Jesus et celle de Maître Pangolin, mais comme les Humains étaient obligé de porter un masque dégueulasse, ceux qui avaient des lunettes ne pouvaient pas y voir et les autres n’arrivaient plus à respirer.
Pendant ce temps, je buvais une nouvelle Pinte de Guinness à « The Admirals ».
Raptor Jesus a ramené ses amis du Crétacé et a recréé l’ère des dinosaures aux temps modernes. Pendant ce temps, Steven Spielberg en a profité pour tourner les « Jurassic World » pour ne pas utiliser d’effets spéciaux coûteux. Trop la flemme.
Les dinosaures ont fait peur à tout le monde, mais les gens étaient déjà enfermés chez eux à cause des Pangolins.
Sauf l’Irlande.
Pendant ce temps, je buvais mon autre Pinte de Guinness à « The Admirals ».
Le Monde est tombé dans le chaos, croulant sous le poids des masques usées et des lacs qui se sont changés en gel hydroalcoolique. Comme l’eau a commencé à disparaître petit à petit, les Humains ont bus les gels des mains pour survivre. Et ainsi, ils sont devenus ivres tous les jours pendant et après le confinement.
Sauf en Irlande, car les Irlandais sont tous tombés dans une marmite de Guinness lorsqu’ils étaient petits et sont donc tous vaccinés contre l’ivresse des gels hydroalcooliques.
Pendant ce temps, je buvais une Pinte de Guinness à « The Admirals ».
Comme mon bail à ma place du bar a était signé que pour six mois, le gérant m’a dit de partir pour prendre l’air et ensuite revenir. Mais dehors, c’était l’Apocalypse alors je suis retourné au Pub et j’ai signé un autre bail pour six mois.

Telles sont les règles du Pub :
– Bail de six mois au bar. Bail de cinq mois sur les banquettes. Bail de décuvage dans le grenier.
– Interdit aux Pangolins de moins de 10 ans.
– Raptors acceptés de 8h15 à 10h08.
– Interdit aux Gremlins après minuit.
– Interdiction de commander du Jack Daniel’s parce que personne ne boit cette merde, nom de Dieu !

14.08.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

All of them

I wrote this poem because of a song I love so much for five years.
It’s still a very good inspiration to me.
You can listen the song here :

Mission Control – The Rising

Even the creations for the poem are five years old.
I did it myself at my graphic school in 2015.
I’m sorry for my English, it’s not perfect at all !
But, enjoy !


Dreaming every single days,
Living my life alone,
Lost inside my nightmares’ mazes,
A lockdown,
Waiting for the final wraith,
Feeling so powerless,
But somehow we are all living with faith,
Of thinking only love is success.

Counting inside the high tower,
All the people I’ve ever loved,
Happily ever after,
We were told,
All the nightmares I used to get,
And the men I have ever met,
But somehow we are all living with fear,
Of shredding another tear.

Thinking only love is success,
In the nightmares in progress,
Going somewhere we can hide,
I’ll stay forever on their side,
Tell me the words and I’ll follow you,
We’ll go together where you want to.


09/10.08.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Baby Bibi ♥

My friend Dermot gave me a challenge :
Writing a joyful poem about my dog, my Little Wolf. About our lives together.
So, I did…

Enjoy our adventures.


We were on many adventures him and I,
Lot of sunny days, storm or some cloudy sky,
He hated the rain, just as I hate the sun,
So we stayed inside and we had a lot of fun,
We used to watch TV, lay down on the couch,
And he used to comfort me, when I was such a grouch.

I cooked for him lovely soup and fried salmon,
When my friends came, I introduce him as my son,
We had many road trips together in my own car,
Nine hours driving, we went very very far,
Woke up at four am, just a time for a little pee,
And then we were alone on the road, just him and me.

Once, we climbed a very little mountain,
When he was exhausted, I carried him to the train,
We took a boat to go on a lovely small island,
He walked into the forest and played a lot in the sand,
We visited a haunted place on a very cloudy day,
But we were so afraid, we screamed and ran away.

He used to fart during the day and snore all the night,
But I liked the noise of him, meaning he was alright,
He spent all Christmas on my knees, waiting for the food,
Chicken, chips, vegetables too, but he loved more seafood,
He had many many gifts under the big Christmas tree,
On Halloween he wore a costume, he was kind of creepy.

A hound attacked him, when we walked on a street,
I protected my baby and hit the other with my feet,
Every winter, we were freezing in my place,
We used to sleep together, laying face to face,
He used to follow me, from the kitchen to the bed,
Always looking at me and raising up his little head.


Bidule : 04.11.2007 / 22.06.2020 (13 years old)

27.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

On Luttera Avec Force

Je n’ai pas écrit depuis mes deux derniers poèmes au sujet de mon petit loup…
Il me semble qu’une éternité est passée, mais la douleur est toujours là.
J’écris toujours, certes, dans mon journal. J’avais, cependant, envie de mettre plus de rimes dans mes phrases. Mais, je dois vous avertir que si vous cherchez à lire une histoire joyeuse avec des aventures et une fin heureuse, eh bien… Je vous conseille de fermer ce poème tout de suite. Car il n’y aura aucun joyeux événement au début, pas plus qu’au milieu et encore moins à la fin. Les phrases ne sont qu’une suite sans fin d’infortunes.
Encore et encore.
Il n’y a pas de honte à ne pas vouloir lire ce qui va suivre. Moi-même, si je ne l’avais pas écrit, je n’aimerais certainement pas découvrir cette horrible histoire.
Mais les vérités doivent être dites, même si elles blessent au plus haut point.
Alors si, pour une raison qui m’échappe, vous souhaitez néanmoins continuer la lecture… Bon courage. On se retrouve à la fin…


Pour Mick,
Je serais toujours dans ton cœur, dans ton esprit.
Et dans ta tombe.


Ce poème va anéantir votre journée, votre vie et votre bonheur,
Chaque ligne ne sera rien d’autre qu’une effroyable terreur,
Tout commence avec Mick et moi-même, dans un manoir,
Un endroit horrible qui vous fera faire de nombreux cauchemars,
Entouré de quatre tornades et notre ennemi n’est pas très loin,
Et c’est bien pour nous tuer que débarque ce Super Vilain.

J’utilise mes pauvres pouvoirs pour nous sauver la vie,
Les Vampires arrivent, heureusement ils sont nos amis,
Mais la Malédiction revient, et nous voilà dans un bus,
Notre horrible ennemi détruit mon magnifique Stradivarius,
Sans musique, nous sommes en route vers l’austère école,
Où les élèves nous accueil en nous torturant sur le sol.

Vous pouvez fermer les yeux et sauver votre esprit,
J’ai peur que pour Mick et moi, ce soit trop tard cela dit,
J’ai ressuscité feu ma voiture pour partir loin de ce tourment,
Mais la marée monte et les vagues nous noient lentement,
Notre Némésis nous suit, son arme en joue dans sa main,
Nous courons contre les balles pour survivre jusqu’à demain.

Mais la sombre forêt nous amène aux portes d’Arkham,
Si vous continuez à lire, vous allez y perdre votre âme,
Ma robe se déchire et Mick tombe dans d’innombrables pièges,
Sous la pluie rouge, au milieu d’une tempête de neige,
La douleur est une torture et notre peur encore monte,
Mais qui viendra donc nous sauver de l’infâme Comte ?

L’orage gronde et seules quelques bougies nous éclairent,
Nous sommes enchaînés dans une immense prison de verre,
Notre ennemi arrive, tout en souriant de son air sadique,
Il est temps pour moi d’être un tout petit peu magique,
Il n’y a pas de fin heureuse, dans toute cette infortune,
Même la Pax Penguina ne nous a pas sauvés sous la lune.

Le pont s’est brisé et je suis tombée dans la rivière sale,
Mick m’a sauvé, mais le Comte était là avec son arsenal,
Un virus vert à la main, et puis le Monde devient sombre,
The Hollow nous attend, bien sagement dans la pénombre,
On résout toutes les énigmes, on craque tous les codes,
Les plus courageux d’entre vous, survivront à ces épisodes.

Arrêtez de lire, il est temps de sauver votre innocence,
Mick et moi sommes prisonniers, nous n’avons aucune chance,
Les roses fanées, les livres incomplets, le Refuge détruit,
Du sang et de la torture, nouvelles horreurs chaque nuit,
Vous vous demandez le nom du méchant de ce chapitre ?
Eh bien, son nom, est écrit depuis toujours dans le titre.



23.07.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

My Little Wolf ♥

In the South of France, where the house stands age-old,
I can see all our ghosts,
The ones who were nice and the ones who were cold,
And the one I loved the most.

The one who just died of old age,
My Little Wolf is gone,
There I won’t ever turn the page,
For that matter, my sorrow has won.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

I cry through the day,
And sobbing in the night, through the water of the rain,
For weeks and weeks, and again on Monday,
Keeping inside my grief and pain.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

In the South of France, where the sun is shining,
Where my birds have fled,
One day there, you will hear me sadly sing,
Crying my baby is dead.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

Bidule : 04.11.2007 / 22.06.2020 (13 years old)

I Love You, Little Wolf.

25.06.2020 (Myself)
26.06.2020 (Corrections & help by Dermot)
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Bidule ♥

Né une année de deuil,
Et l’hiver en son seuil,
Il a eu trois mamans,
Qui l’aimèrent éperdument.
Il a profité des voyages,
Malgré son bel âge,
Des étés aux hivers,
De la montagne à la mer.
Lorsque la fatigue le touche,
Sur l’herbe verte, il se couche,
Et c’est ici, que mon amour,
Ferme ses petits yeux pour toujours…

I Love You, Little Wolf.

Bidule : 4 Novembre 2007 – 22 Juin 2020 (13 ans)

Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Le Rêve d’un Homme

Je me suis endormie, une nuit, avec une vieille chanson en tête.
Je ne sais pas pourquoi cette musique. 
Ça fait parti des mystères de « Radio Ali » dans mon Palais Mental !
Alors, j’ai écouté la chanson et, 20 ans plus tard, je connaissais toujours aussi bien les paroles !
(Dommage que je ne me rappelle pas de mes cours de la même façon ! Ahaha !)
Bref, voici la musique en question :

Le rêve d’un homme (2001) 

Bien sûr, comme toutes les chansons, j’ai été inspiré pour écrire ma propre version !
Que voici.
Je pense que c’est comme une suite d’un court poème, en Anglais, que j’ai écrit la veille, et que vous pouvez lire en cliquant ici :
The Pier 

En attendant…
Enjoy !


La rivière a une vision de mort,
Comme s’il voyait la Faucheuse en face,
Et l’eau gelée ravive son corps,
Faisant battre son cœur de glace.

La Banquise est son seul repaire,
Pour se cacher de ses ennemis,
De la mort tragique de sa mère,
Abattu juste devant lui.

La nourriture semble si fade,
Et le vin a un goût de sang,
Car chaque nuit, il cauchemarde,
Du froid des songes d’antan.

La peine que la pluie enlève,
Quand il pleure sur les tombes,
Ou marchant seul sur la grève,
Pour oublier les horreurs du Monde.

Il avance sans un seul regret,
Gardant son titre, qu’il réclame,
Il laisse derrière lui ses péchés,
Et se nomme « Roi de Gotham ».


18.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone Cobblepot DAVIES – All rights reserved.

The Pier

On the pier, the River I see,
As a reminder of what we used to be,
The Docklands see us one last day,
Before to get drowned at the bay.

But, the river brought me home, then,
To never ever see this pier again,
Be King and Queen of our City,
I love you, and it’s killing me.

17.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.