Dans un autre Monde – Mission 6

Dans un autre Monde – Mission 6
« Hissons nos couleurs »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure continue…


Mission 6 – Hissons nos couleurs

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Beautyloo, Bloody et J naviguaient maintenant sur le « Liberty Pearl ». Leur navire mouilla sur une île. I remember when we we’re gambling to win, Everybody else said better luck next time. Elles étaient obligées d’amarrer le bateau à la terre la plus proche parce que des monstres marins, comme le Kraken, étaient à leur recherche depuis qu’elles avaient tué le Dragon des Mers. I don’t wanna bend, Let the bad girls bend, I just wanna be your friend. Arrivées sur l’île, nos trois héroïnes se rendirent compte qu’elle abritait une force sombre. Elles continuèrent leur avancée, tout en restant sur leurs gardes. Why you giving me a hard time ? I remember when we we’re gambling to win. Beautyloo, Bloody et J arrivèrent dans une grotte. Cependant, c’était un piège. Des barreaux métalliques se refermèrent derrière elles, et elles étaient maintenant enfermées à l’intérieur. Everybody else said, Is it ever gonna be enough. Une immense grotte, aux pierres couleur émeraude, avec de l’eau en son centre. Les ennemis arrivèrent. Ils ressemblaient beaucoup à des Pirates. Ils étaient trois et ils étaient très costauds. I remember when we we’re gambling to win, Everybody else said better luck next time. Sabres en main, prêts à combattre. De ce fait, Beautyloo, J et Bloody prirent elles aussi leurs armes : sabre, shurikens et poignards. La bataille commença. I don’t wanna bend, Let the bad girls bend, I just wanna be your friend. Beautyloo se retrouva vers le haut de la grotte, comme s’il y avait un palier au-dessus de la terre, au bord de l’eau. Ses amies se battaient près de cette source. Comme d’ordinaire, le combat de Beautyloo s’effectua telle une danse. Avec élégance et fluidité. Des mouvements parfaits. Why you giving me a hard time ? I remember when we we’re gambling to win. L’épée du pirate la manqua de justesse, Beautyloo évitait ses coups avec un naturel déconcertant.

Alors que le forban la désarma, elle continua néanmoins de combattre. Puis, le Pirate se mit à parler à Beautyloo. Une voix d’outre-tombe s’échappa de sa bouche édentée :
– Tu rêves…
Beautyloo se figea. Il continua :
– Rien de ceci n’est réel. Tu es toujours prisonnière. Pourquoi lutter ? Tu te fais du mal pour rien. Je peux tout arrêter, si tu le désires. Il suffit seulement de me le demander…
Il sourit sans ses dents. Beautyloo était perdue, elle n’arrivait plus à réfléchir. Everybody else said, Is it ever gonna be enough. Le Pirate en profita pour lui porter le coup final, et Beautyloo tomba à terre. Il l’avait eu. Sans force, seulement avec des mots, et il pouvait la tuer. Juste comme ça. I remember when we we’re gambling to win, Everybody else said better luck next time. Soudain, Bloody et J arrivèrent en courant et en hurlant :
– Beautyloo ! cria Bloody. Relève-toi !
Beautyloo ferma les yeux. Elle vit alors des images défiler. Mais pas sa vie, comme le disait la légende. I don’t wanna bend, Let the bad girls bend, I just wanna be your friend. Non, elle voyait la réalité et le présent. Beautyloo, vêtue de guenilles, toujours les mêmes, le cœur et le corps meurtris, l’âme à l’envers, errant sans but et sans fin dans une pièce étroite qui n’attendait qu’une chose : La dévorer. C’était sa réalité. Pourquoi lutter ? Why you giving me a hard time ? I remember when we we’re gambling to win. Elle n’y pouvait rien, c’était comme ça, et le Pirate le savait. Bloody et J se placèrent devant lui, poignards et shurikens en main. Bloody cria à son amie :
– C’est Red, Beautyloo ! Ton Pirate, c’est Red ! Je t’en prie, ne la laisse pas nous atteindre ! Toi seule peux la vaincre ! Relève-toi !
Beautyloo resta les yeux fermés, comme pour attendre le coup fatal. Everybody else said, Is it ever gonna be enough.
J se mit à supplier :
– Beautyloo… Je comprends… Je sais… On le sait… Tu ne veux pas y retourner, et nous non plus. Mais sans toi, les Mondes n’existent pas. Dis-toi que… Tu le fais pour nous, dis-toi que c’est la marque que tu laisseras derrière toi. Que les gens, quand ils parleront de toi, ils diront : « Elle a toujours lutté, jusqu’à son dernier souffle » et tu laisseras un espoir pour les autres prisonnières. L’espoir que rien n’est fini tant qu’on ne l’a pas décidé. Dis-toi qu’ils sont passés par-là avant toi, que les hommes que tu te créais sont des êtres torturés comme toi, mais qu’ils s’en sont sortis. Parce qu’ils avaient quelque chose à quoi se raccrocher. Et surtout, dis-toi que quand tu luttes… Tu les emmerdes ! Car ils n’arrivent pas à te briser…

Beautyloo ouvrit les yeux. I remember when we we’re gambling to win, Everybody else said better luck next time. Elle se releva, plus en colère que jamais. Elle s’approcha du Pirate, très surprit.
– Tu as peut-être gagné cette bataille, mais pas la guerre ! lui cracha-t-il.
– Red… Je vais gagner la guerre, juste pour voir la gueule que tu feras quand je t’aurais eu…
Après ça, elle porta le coup fatal avec son sabre qui sépara le corps du Pirate en deux. Mourant sous ses yeux. I don’t wanna bend, Let the bad girls bend, I just wanna be your friend. Beautyloo se releva avec grâce au moment où les grilles de la porte se rouvrirent. Why you giving me a hard time ? I remember when we we’re gambling to win. Elle se tourna ensuite vers Bloody et J :
– Merci.
– J ne parle pas souvent… fit Bloody. Mais quand elle le fait, elle sait s’y prendre !
Elles se mirent à rire. Everybody else said, Is it ever gonna be enough.


À suivre…

Musique : « Gold guns girls » – Metric.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Dans un autre Monde – Mission 5

Dans un autre Monde – Mission 5
« Disparition »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure continue…


Mission 5 – Disparition

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Beautyloo, Bloody et J se trouvèrent dans une pièce. You took my heart, Deceived me right from the start. Pas bien grande, comme une petite chambre. Il y avait d’ailleurs un lit et une étagère.
– Qu’est-ce qu’on fait là ? demanda J, un peu perdue.
Bloody, les oreilles aux aguets, comprit :
– C’est le plan N°1…
Elle avait raison, parce que Red arriva dans ladite pièce :
– Vous trois !
– Non… murmura Beautyloo.
Red commença à se mettre dans une colère noire, le genre de rage où il ne fallait pas s’interposer, sous peine de terminer avec des bleus sur le corps. You showed me dreams, I wished they’d turn to real. Elles connaissaient assez Red pour savoir que si elles parlaient, ça ne ferait qu’aggraver les choses. Red allait commencer à en venir aux mains, lorsque Beautyloo se plaça devant l’étagère de la pièce. You broke the promise, And made me realise. Elle était paniqué, tout son corps était en proie à d’horribles tremblements. Tellement fort que l’étagère tomba sur elle. It was all just a lie. Mais Beautyloo n’avait pas l’air d’avoir mal, elle était seulement inquiète. Parce que Red se jeta sur elle, l’incendiant d’injures et de sanctions. You took my heart, Deceived me right from the start. Bloody fit la seule chose pour protéger son amie : Elle poussa Red hors de la pièce et elle s’enferma à clef à l’intérieur. You showed me dreams, I wished they’d turn to real. Mais, à ce moment-là, alors qu’elles étaient en sécurité par rapport à leur gardienne, un autre danger arriva dans la salle. You broke the promise, And made me realise. De l’eau sortit du lit et commença à inonder la chambre.
– Je ne sais pas nager ! avoua Beautyloo avec angoisse. Qu’est-ce qu’on va faire si l’eau arrive jusqu’en haut ?
– On va faire en sorte que ça n’arrive pas ! rassura Bloody. Il faut absolument trouver un trou ou une trappe à ouvrir sur le sol. Il doit forcément y avoir quelque chose !
Elles fouillèrent le plancher à la recherche d’une trappe ou d’un conduit.
– Il n’y a rien ! On va faire quoi ? L’eau monte ! paniqua J.
Derrière un des murs, elles entendirent un rire. It was all just a lie. Un rire machiavélique.
– C’est Red, comprit Beautyloo. Ce monstre nous écoute paniquer !
– Alors ne paniquons pas pour ne pas lui donner satisfaction ! fit Bloody.
Mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Beautyloo eut alors une idée.
– On pourrait créer un trou dans le sol ! Avec de la magie !
Pourquoi pas ? You took my heart, Deceived me right from the start. Ensemble, nos trois héroïnes s’unirent pour essayer de fissurer le plancher. Seulement, rien ne fonctionna. You showed me dreams, I wished they’d turn to real. Le rire de Red les encouragea à continuer la lutte.
– La fenêtre ! cria J. On brise là où il devrait y avoir une fenêtre !
Sitôt énoncé, l’idée fut breveté. Les filles réussirent à percer le mur d’en face. You broke the promise, And made me realise. Le trou n’était pas bien grand, mais suffisant pour faire passer de l’eau à travers. Beautyloo chercha dans les décombres de l’étagère si un objet pouvait servir de seau. It was all just a lie. Elle trouva quelque chose de probant. Beautyloo, J et Bloody s’acharnèrent à vider l’eau au fur et à mesure que la pièce se remplissait. You took my heart, Deceived me right from the start. La cadence était difficile à suivre. Pourtant, leur volonté de vivre était plus forte que les plans démoniaques de Red. You showed me dreams, I wished they’d turn to real. Les murs devinrent noirs, ils commençaient à pourrir et à moisir à cause de l’eau. You broke the promise, And made me realise.
– Nous y sommes presque ! encouragea Bloody.
C’était vrai. Elles entendirent de moins en moins le rire de Red. Et ça, ça leur remonta leur pauvre moral… Mais… It was all just a lie.


À suivre…

Musique : « Angels » – Within Temptation.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Dans un autre Monde – Mission 4

Dans un autre Monde – Mission 4
« Réunion en Enfer »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure continue…


Mission 4 – Réunion en Enfer

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Beautyloo, J et Bloody se retrouvèrent ensemble autour d’une grande table ronde. Please let me dream, Let me scream, I feel sad. Rien de mieux qu’un bon Grog pour revigorer les esprits et mettre les choses au claire. Please let me dream, Let me scream, Let me die. Elles discutèrent toutes ensemble.
– Qu’est-ce qu’on fait alors ? demanda Beautyloo. On continue les combats, même si on sait toutes les trois que l’issue est fatale ?
– Tu déprimes encore ! compris Bloody. Je sais ce que tu penses, mais écoute-moi… C’est vrai… On connaît toutes les trois l’issue de tout ça. On sait que nos jours sont comptés, Beautyloo. C’est pour ça qu’il ne faut pas s’apitoyer et qu’il faut en profiter !
– « En profiter » ? répéta J. On ne peut pas se voir souvent ! Beautyloo a de plus en plus de mal à nous garder en vie, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué !
– Si… admis Bloody à contre-cœur. J’avais remarqué ! Mais, il ne faut pas que ce soit trop flagrant aussi. Si Red le découvre… Si elle le voit, Beautyloo mourra avant l’heure…
– Qu’est-ce que ça changera ? interrogea cette dernière.
– Tout ! fit Bloody. Absolument tout ! Parce que, même si on sait comment ça va se terminer, il faut qu’on fasse tomber le plus de monde possible dans notre chute ! Ne pas mourir en vain ! Quitte à perdre quelques jours…
J et Beautyloo essayaient de comprendre leur amie. I love you, I love you, I do love you.
– Tu veux jouer les martyrs ? compris J.
– Non. Je ne veux pas mourir pour rien, c’est tout. Beautyloo, je sais que tu as le rôle le plus difficile, mais dis-toi… Dis-toi que si ça ne va pas, vient nous voir et si tu ne le peux pas… Pense à la musique. Entends la musique dans ta tête. Tu sais que ça t’aidera…
– D’accord. Faire tomber le plus de monde, hein ? répéta-t-elle. Comme qui ?
– Comme tous ceux qui te gardent enfermé ici…
Beautytloo comprenait. Elle était même d’accord. Don’t quite, Please let me scream. Let me scream, I feel sad.
– Alors, il nous faut trouver un plan pour détruire le plus de monde ? On se battra pour la liberté des autres ? compris J.
– C’est un peu ça, fit Bloody. Plan N°1 : La rébellion, ne plus être sujet aux ordres. Plan N°2 : Survivre, ça on a l’habitude. Plan N°3 : Mourir libre.
Un ange passa.
Puis, Bloody rajouta :
– Il est bon ce Grog…
– Oui… jugea Beautyloo. J’ai toujours rêvé d’en boire un.
Elle emmena le verre à ses lèvres pour terminer son mug. Don’t quite, Please let me dream. Let me scream, Let me die.

Dans un Monde sans espoir, une seule chose a de l’importance : les rêves. Quelque soit le final qui attendait Beautyloo, rien n’était bien rassurant : lobotomie, syndrome de Stockholm ou overdose de médicaments ? Qu’importe. Grâce à sa création, elle pensait un peu moins à tout ça. Elle n’avait pas besoin de voir pour croire, il lui suffisait juste… D’y croire. Alors, elle continuait. Elle aurait pu mourir d’innombrables fois. Elle aurait pu en terminer avec tout ça, mais elle savait que de toute façon elle allait forcément mourir. Ainsi, elle préférait s’amuser dans ses Mondes avant de partir dans un autre qu’elle ne connaissait pas encore… Let me scream, Let me die.


À suivre…

Musique : « La ronde triste » – Myléne Farmer.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Dans un autre Monde – Mission 3

Dans un autre Monde – Mission 3
« Le Dragon des Mers »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure continue…


Mission 3 – Le Dragon des Mers

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Nous retrouvons Beautyloo, Bloody et J en mission. Can’t close my eyes, They’re wide awake. Cette fois-ci, elles étaient ensemble sur un navire. Au milieu de l’immensité bleue de l’océan, elles devaient combattre un Dragon des Mers. Elles étaient là, chacune avec une de leurs armes préférées en main. Prêtes au combat. Ev’ry hair on my body, Has got a thing for this place. Le moment arriva. Une énorme Bête sortit de l’eau. Avec des écailles pointues et une crête effrayante. Il brillait à cause de l’eau et du soleil. Oh empty my heart, I’ve got to make room for this feeling. Ses yeux révélaient sa rage intérieure. Il était d’une couleur rouge aux reflets vert. So much bigger than me, It couldn’t be any more beautiful. Nos trois héroïnes, toujours sur le bateau, se retrouvaient toutes sur le pont. Elles regardèrent la scène pour commencer le combat acharné. Bloody hurla :
– Beautyloo, tu prends les yeux ! J, prends le cœur et je prends la gueule !
– Il faut qu’on frappe au même moment ! ajouta Beautyloo. Il faut qu’on se synchronise !
– OK ! Alors, dans une minute, on frappera de toutes nos forces ! Prêtes ? 60 secondes !
Pendant ce temps, comme dans une danse féerique, elles évitèrent les coups du Dragon des Mers. L’eau salée coulait sur leur peau. Le ciel commença à s’obscurcir. I can’t take it in. Le Dragon redoublait de férocité. Can’t close my eyes, They’re wide awake. Il ouvrit la gueule pour essayer de mordre une des filles, au passage. Cependant, elles menaient bien leur combat.
– 30 secondes !
Maintenant trempées jusqu’aux os, nos héroïnes avaient plus de mal avec leurs mouvements. Ev’ry hair on my body, Has got a thing for this place. Une pluie commença à tomber au milieu de l’océan, les gouttes inondaient le pont du bateau.
– 10 secondes !
Elles se tinrent prêtes à frapper où chacune le devait. Beautyloo cria :
– Maintenant !
Chacune portèrent un coup spécifique sur le Dragon. Oh empty my heart, I’ve got to make room for this feeling. Les yeux, la gueule et le cœur. Au même moment. Elles gardèrent leurs armes enfoncées dans la Bête jusqu’à ce qu’il ferme ses paupières. Mort. So much bigger than me, It couldn’t be any more beautiful. Mais il mettait du temps à sombrer, il rugissait et les armes devenaient horriblement brûlantes. À tel point que les filles faillirent les lâcher. I can’t take it in. Mais elles tinrent bon, jusqu’à ce que le Dragon des Mers meurt enfin. Can’t close my eyes, They’re wide awake. Une fois terrassé, elles lâchèrent tout et elles regardèrent le monstre sombrer dans la profondeur des océans.
– On a réussi, commenta J.
Mais sitôt dit, trois bébés Dragons ressemblant à la maman, sortirent des eaux.
– On doit aussi les tuer, compris Bloody.
– Ce ne sont que des bébés, fit Beautyloo. Je ne vais pas tuer des bébés…
– Ils sont énormes ! argumenta Bloody. Un seul d’entre eux peut nous avaler toutes les trois en même temps !
Elle avait raison. Ev’ry hair on my body, Has got a thing for this place. Alors, elles se jetèrent chacune sur un des bébés. Oui, ça leur coûta de tuer des enfants, mais c’était elles ou eux. Ev’ry hair on my body, Has got a thing for this place. Bloody se défendait avec rage, munie de plusieurs couteaux dans les mains. J y allait à coup de shurikens et de flèches. Oh empty my heart, I’ve got to make room for this feeling. Beautyloo, elle, elle s’acharna avec son sabre. Et ensemble, sous le ciel noir et une pluie diluvienne, elles tuèrent les Dragons des Mers. So much bigger than me, It couldn’t be any more beautiful. I can’t take it in.


À suivre…

Musique : « Can’t take it in » – Imogen Heap.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Dans un autre Monde – Mission 2

Dans un autre Monde – Mission 2
« Ramener le coffre »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure continue…


Mission 2 – Ramener le coffre

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Nos trois héroïnes partirent une journée entière avec un paquet en main. Time, It’s never worth my time. Elles devaient l’apporter à une personne de confiance. Toutes les trois au rendez-vous, elles s’en allèrent. Hors de la prison, le Monde de Beautyloo prenait forme. If I go everywhere you want me to go, How will I know you’ll still follow ? D’abord, elles passèrent par un immense chemin semé d’arbres noires et d’ombres. Sortant de nul part, des monstres fabriqués de pailles et d’herbes leur barraient la route. Beautyloo sortit son arme de prédilection. Son combat à l’épée était fluide et léger, telle une magnifique danse se passant au ralenti. Ses mouvements étaient parfaitement coordonnés avec son corps, elle était en symbiose totale avec son arme. When you see yourself in a crowded room, Do your fingers itch, are you pistol-whipped ? Elle se jeta sur la tête du monstre pendant que Bloody lui donnait des coups de poignards et que J le blessait avec ses shurikens. Tout était dans une beauté parfaite. Des filles enragées luttant contre le mal. Will you step in line or release the glitch, Do you think she’ll sleep with the panic… Lorsque le monstre fut réduit à l’état de poussière, nos trois héroïnes continuèrent leur chemin. Sous les arbres sombres, elles contournèrent une eau putride et acide. Ce fut à ce moment-là, qu’elles découvrirent que leur temps était imparti. I’m waiting and fading and floating away, Waiting and fading and floating. Elles n’avaient que vingt minutes pour effectuer leur mission. Elles partirent en courant. Arrivé sur un sentier plus calme, elles ralentirent leurs allures.
– Vite ! cria néanmoins Bloody. On ne doit pas perdre de temps, ce chemin est trop long !

Et c’était vrai. Il grimpait de plus en plus. Waiting and fading and floating away. Waiting and fading and floating away, Waiting and fading, waiting and fadin. Elles découvrirent de la lumière au bout, elles touchaient au but. Quelques minutes plus tard, elles quittèrent le tunnel pour passer sous des arcades. Le dépôt du coffre n’était pas loin. Time, It’s never worth my time. Elles redoublaient leurs efforts. Enfin, il était là : l’homme. Un gentil personnage. Elles leur remirent le colis. If I go everywhere you want me to go, How will I know you’ll still follow ? Elles se dépêchèrent de faire le chemin en sens inverse. Mais, cette fois-ci, des machines infernales sortirent d’un portail dimensionnel. Les trois héroïnes devaient cependant traverser cette voie pour aller de l’autre côté, et repartir à leur point de départ. When you see yourself in a crowded room, Do your fingers itch, are you pistol-whipped ? Alors, elles sautèrent au-dessus des machines, roulantes à une allure monstrueuse, pour atterrir dans un train à la fenêtre de toit ouverte. Un train qui allait si vite qu’elles devaient se tenir aux barres pour ne pas tomber sur le sol grillagé. Will you step in line or release the glitch, Do you think she’ll sleep with the panic…

Quand une machine infernale passa à côté de leur train, un vent puissant faillit les faire s’envoler. Elles se retenaient comme elles le pouvaient.
– Je n’y arriverai pas ! comprit Beautyloo. C’est trop dur !
– Tiens bon ! rassura Bloody. Ça ne va pas durer longtemps ! Tiens-moi la main !
Beautyloo lui obéit, Bloody savait toujours lui remettre les idées en place. Leurs cheveux volèrent dans tous les sens à cause du vent. I’m waiting and fading and floating away, Waiting and fading and floating. Lorsqu’elles sortirent du train, elles continuèrent à pied, tout en faisant attention aux arbres qui pouvaient les attraper. Chacune une arme en main, au cas où, elles discutaient :
– On a eu chaud ! avoua J.
– Je n’ai pas envie de finir la mission, répliqua Beautyloo. Je vais retourner en prison, après ça…
– Hey ! s’enquit Bloody. Ne dis pas ça ! Ne pense pas à ça !
– Je ne dois pas penser à quoi ?
– Tu sais très bien. N’oublie pas que, si tu meurs, nous mourons aussi. Et je sais que tu as une trop grande culpabilité en toi pour nous infliger ça, n’est-ce pas ?
– Oui, se résigna Beautyloo. Mais c’est si… Sans espoir…
– Pense à lui, tenta Bloody. L’homme avec qui tu es en ce moment. Représente-toi son image dans ta tête. Tu la vois ?
– Oui.
– Alors maintenant, dis-moi… Qu’elle est la chose qu’il déteste par-dessus tout ? Qui le répugne et lui rappel d’horribles souvenirs ?
Beautyloo comprit où son amie voulait en venir.
– Le suicide, répondit-elle.
– Exacte, alors redit-le.
– Il n’aime pas les suicides !
– Encore !
– Il n’aime pas les suicides !
– Redit-le !
– Il n’aime pas les suicides !
À la fin, Beautyloo criait. Et au final, elles se retrouvèrent devant une falaise à escalader. Notre héroïne savait ce qu’il l’attendait au bout : le retour à la prison. Elle grimpa avec ses amies. Au sommet, Bloody lui dit :
– Pense à lui, pense à ça, pense à nous. Si tu vis, nous vivons. Si tu meurs, nous mourons. Pense à lui, il n’aime pas les suicides. Ne lui fais pas ça. Nous t’aimons, Beautyloo.
Au fond, elle le savait. Waiting and fading and floating away, Waiting and fading and floating away, Waiting and fading, waiting and fading. Elles étaient en haut et Beautyloo dut passer l’arcade pour retourner en prison.


À suivre…

Musique : « Panic Switch » – Silversun Pickups.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Dans un autre Monde – Mission 1

Dans un autre Monde – Mission 1
« Après la pluie… »


Introduction :

Date d’écriture : 2011
Date de publication : 2021
10 ans plus tard…
Il est temps d’en faire quelque chose…

Personnages :
Héroïne Principale :
Beautyloo
Ses Alliées/Amies : J & Bloody
La Super-Vilaine : Red
La Mission Principale : S’évader

Notes :
Chaque chapitre est une mission qui permet l’évasion.
Chaque chapitre est accompagné d’une chanson, dont je donnerai le titre à la fin du texte.
Dans la saga originale, de 28 pages, il y a 16 missions. Je ne vais pas toutes les poster ici.
Seulement les plus intéressantes, de mon point de vue.

Warnings :
Sujets traitant de l’emprisonnement/séquestration, de torture mentale et de suicide.

L’Aventure commence…
Et commençons léger, pour vous…


Mission 1 – Après la pluie…

Tout était hors du temps et de l’espace, il n’y avait plus aucune limite. Elle était maître de son destin dans son endroit. Elle commença d’abord par se trouver un nom : « Beautyloo » et des amies fidèles : Bloody et J. À elles trois, elles combattaient sans cesse les forces du mal pour survivre. Son imagination dépassée sa réalité. Elle était hors de ça. Hors du Monde, hors de son corps, hors de sa douleur. Pourtant, même dans son havre de paix, elle devait combattre. Beautyloo et ses amies luttaient pour repousser les limites de leur Monde et de leur création. Pour cela, elles utilisaient l’imagination et la musique. Beautyloo poussait ses limites jusqu’à mettre des musiques dans chacune de ses actions.
Voici son combat, ceci est son Monde…


Une pluie diluvienne se mit à tomber sur la ville. Beautyloo était trempé jusqu’aux os. Et elle était en proie à la panique. Les vêtements mouillés, elle courut vers la porte de l’établissement en face d’elle. Sweet dreams are made of this, Who am I to disagree ? Soudain, derrière elle, des personnes lui coururent après. Ils étaient habillés en costards cravates avec des armes à feu à la main. Beautyloo courait, encore et encore, tout en regardant derrière elle. Travel the world and the seven seas, Everybody’s looking for something. Tout était au ralenti, ses pas, sa course, les ennemis… Ils franchirent la porte d’entrée en bas. Les couloirs étaient clairs, déserts, pourtant, derrière les baies vitrées, des gens l’observait. Elle glissait sur le sol à cause de la pluie. Some of them want to use you, Some of them want to get used by you. Elle continua de regarder en arrière en faisant bouger sans cesse ses longs cheveux dans le vent. Elle paniqua derechef. Elle continua de courir et décida de prendre l’ascenseur. Fermé. Il était fermé. Beautyloo l’ouvrit tant bien que mal et commença à grimper l’échelle de secours à l’intérieur, pour monter. Some of them want to abuse you, Some of them want to be abused. Ses mains glissèrent puisque ses vêtements étaient mouillés à cause de la pluie. Elle s’agrippa comme elle put et réussit à arriver en haut. Sweet dreams are made of this, Who am I to disagree ? Elle ouvrit la cage d’ascenseur. Elle avait vue sur une pièce avec une autre baie vitrée où tous les employés de la société la dévisageaient en se posant des questions. Mais elle n’avait pas le temps, elle vit à sa droite que ses ennemis étaient de nouveau là. Travel the world and the seven seas, Everybody’s looking for something. Elle courut vers la gauche pour essayer de trouver un moyen de leur échapper. Elle continua de vagabonder dans les couloirs. Soudain, au milieu du corridor désert, un homme surgit. Some of them want to use you, Some of them want to get used by you. Il avait un regard rempli de colère face aux hommes armés, derrière notre héroïne. Face à lui, Beautyloo s’arrêta, mais pas de peur. Elle s’arrêta de courir parce qu’elle semblait soulagée. Some of them want to abuse you, Some of them want to be abused. Sans hésiter, elle partit vers l’homme et se cacha derrière lui. Elle ferma les yeux. Beautyloo tomba à genoux par terre. Elle pleura de soulagement, mais aussi de joie. Elle n’entendait plus rien de ce que disait l’homme aux ennemis, il n’y avait que la musique qui résonnait dans sa tête. Sweet dreams are made of this, Who am I to disagree ? Le sauveur releva et tira Beautyloo par le bras. Il l’emmena dans une pièce. Soulagée, elle tomba dans ses bras. Travel the world and the seven seas, Everybody’s looking for something. Et ils s’embrassèrent.


À suivre…

Musique : « Sweet Dreams » – Version Emily Browning.

Copyright © 2011/2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Jour 183

1
C’est le Jour Un,
Celui qu’on retient,
Le début de la fin,
Aujourd’hui comme demain.

2
C’est le Jour Deux,
En famille, c’est mieux,
Ou même en amoureux,
Mais qui encore, le peut ?

10
C’est le Jour Dix,
On glande devant Netflix,
On fait plus d’exercice,
On essaye d’être artiste.

24
C’est le Jour Vingt-Quatre,
Besoin d’un psychiatre,
La nuit est à combattre,
Et le ciel devient grisâtre.

33
C’est le Jour Trente-Trois,
Déjà plus d’un mois,
Mais quand ça s’arrêtera ?
Personne ne le saura.

73
C’est le Jour Soixante-Treize,
On devient tous obèse,
La solitude nous pèse,
Nos vies entre parenthèse.

87
C’est le Jour Quatre-Vingt-Sept,
On a écumé tous les Internets,
Et tout nous prend la tête,
Dieu comme le Monde est bête.

98
C’est le Jour Quatre-Vingt-Dix-Huit,
On se prend de grosses cuites,
Des amis clandestins en visite,
Car l’économie a fait faillite.

100
C’est le Jour Cent,
On a plus d’argent,
Abandonné par le gouvernement,
Tout le monde se pend.

114
C’est le Jour Cent-Quatorze,
Les journées sont si moroses,
On en fait une overdose,
De perdre autant de choses.

180
C’est le Jour Cent-Quatre-Vingt,
Et il ne reste plus rien,
Les Hôpitaux en déclin,
Sonnez notre tocsin.

183
C’est le Jour Cent-Quatre-Vingt-Trois,
Et ça ne s’arrêtera pas,
Notre vie sera comme ça,
Le Monde ne reviendra pas.

10.04.2021
Ireland Lockdown Day 183
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Voyageuse

Courons ensemble ailleurs, viens donc, sauve ta vie,
Je laisse en ton lieu mes images de ma porte affranchie,
Des Sorcières, je me souviens, qui te chassaient encore,
Que je te délivre, prisonnier, en leur jetant un mauvais sort.
Mon âme reviendra, jusqu’à ton ère glaciaire prochaine,
Un rapide bruit mécanique pour notre quarantaine,
Et qui sonne l’heure de la dernière civilisation,
Laissant courir mon esprit à trop d’imagination.
Mais j’entends aussi, le son d’un fusil et des pioches,
La vision des dates historiques gravées dans la roche,
Parfois tristes, pour les cortèges, apparaissent-elles,
Et puis joyeuses, en retrouvailles de flammes jumelles.

10.04.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

It’s A Brand New World / C’est Un Tout Nouveau Monde

It’s A Brand New World

We are always alone to fight,
And outside, everything is white,
The Universe is indifferent to you,
But, please, you can’t die too.

From the top of the last hope,
Working on the slippery slope,
The worst of it is not the snow,
The Human Boss is our foe.

Please, stay locked at your place,
I will fight, prepare to brace,
You can’t die, not today,
Only you know the way.

The Winter is our new song,
And the show must go on,
Blood is demanded on board,
But we don’t have a Lord.

Triggers flood my brain,
I see the Witches again,
Is the lockdown to blame ?
Will we ever be the same ?



C’est Un Tout Nouveau Monde

Nous repousserons nos attaquants,
Même si dehors, tout est blanc,
Je sais que l’Univers t’oublie,
Mais ne meurt pas toi aussi.

Aux commandes de nos espoirs,
Aux rails gelés de nos cauchemars,
Mais le pire n’est pas la neige,
Mais l’Homme qui attend le cortège.

Reste ici, enfermé sur place,
J’irai seule affronter la glace,
Notre ennemi ne te tuera pas,
Ah, quel hiver, j’étais juste derrière toi.

Le gel sera notre nouveau couplet,
Et le spectacle doit continuer,
Le sang coule en nos lieux,
Mais nous n’avons aucun Dieu.

Les images inondent mon âme,
De nos Sorcières dans les flammes,
Aux confinements que personne n’aime,
Serons-nous toujours les mêmes ?


08.04.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

M – 4 Ans Disparition

M, sais-tu ce que je dis maintenant ?
Que tu es mort il y a quatre ans,
Ce blason n’est pas le tien,
Mais je le garde entre mes mains.

M, ce que les gens pensent de toi,
Je m’en fous, ne les écoutent pas,
Le Monde est toujours aussi con,
J’imagine que nous avions raison.

M, il est temps, j’en ai peur,
D’arrêter ce pauvre petit cœur,
Et de chanter une dernière chanson,
Avec mon nouveau violon.

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.