My Little Wolf ♥

In the South of France, where the house stands age-old,
I can see all our ghosts,
The ones who were nice and the ones who were cold,
And the one I loved the most.

The one who just died of old age,
My Little Wolf is gone,
There I won’t ever turn the page,
For that matter, my sorrow has won.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

I cry through the day,
And sobbing in the night, through the water of the rain,
For weeks and weeks, and again on Monday,
Keeping inside my grief and pain.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

In the South of France, where the sun is shining,
Where my birds have fled,
One day there, you will hear me sadly sing,
Crying my baby is dead.

And I never wanted to lose him,
Never wanted to abandon him.

Bidule : 04.11.2007 / 22.06.2020 (13 years old)

I Love You, Little Wolf.

25.06.2020 (Myself)
26.06.2020 (Corrections & help by Dermot)
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Bidule ♥

Né une année de deuil,
Et l’hiver en son seuil,
Il a eu trois mamans,
Qui l’aimèrent éperdument.
Il a profité des voyages,
Malgré son bel âge,
Des étés aux hivers,
De la montagne à la mer.
Lorsque la fatigue le touche,
Sur l’herbe verte, il se couche,
Et c’est ici, que mon amour,
Ferme ses petits yeux pour toujours…

I Love You, Little Wolf.

Bidule : 4 Novembre 2007 – 22 Juin 2020 (13 ans)

Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Le Rêve d’un Homme

Je me suis endormie, une nuit, avec une vieille chanson en tête.
Je ne sais pas pourquoi cette musique. 
Ça fait parti des mystères de « Radio Ali » dans mon Palais Mental !
Alors, j’ai écouté la chanson et, 20 ans plus tard, je connaissais toujours aussi bien les paroles !
(Dommage que je ne me rappelle pas de mes cours de la même façon ! Ahaha !)
Bref, voici la musique en question :

Le rêve d’un homme (2001) 

Bien sûr, comme toutes les chansons, j’ai été inspiré pour écrire ma propre version !
Que voici.
Je pense que c’est comme une suite d’un court poème, en Anglais, que j’ai écrit la veille, et que vous pouvez lire en cliquant ici :
The Pier 

En attendant…
Enjoy !


La rivière a une vision de mort,
Comme s’il voyait la Faucheuse en face,
Et l’eau gelée ravive son corps,
Faisant battre son cœur de glace.

La Banquise est son seul repaire,
Pour se cacher de ses ennemis,
De la mort tragique de sa mère,
Abattu juste devant lui.

La nourriture semble si fade,
Et le vin a un goût de sang,
Car chaque nuit, il cauchemarde,
Du froid des songes d’antan.

La peine que la pluie enlève,
Quand il pleure sur les tombes,
Ou marchant seul sur la grève,
Pour oublier les horreurs du Monde.

Il avance sans un seul regret,
Gardant son titre, qu’il réclame,
Il laisse derrière lui ses péchés,
Et se nomme « Roi de Gotham ».


18.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone Cobblepot DAVIES – All rights reserved.

The Pier

On the pier, the River I see,
As a reminder of what we used to be,
The Docklands see us one last day,
Before to get drowned at the bay.

But, the river brought me home, then,
To never ever see this pier again,
Be King and Queen of our City,
I love you, and it’s killing me.

17.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

La Maison du Village

Un petit poème un peu spécial pour aujourd’hui…
C’est l’anniversaire de ma grand-mère et je me suis inspiré d’une belle et connue chanson pour écrire ce petit hommage.
Vous pouvez l’écouter ici.
Je vous donne les trois versions :

House Of The Rising Sun (Original)
House Of The Rising Sun (Sons Of Anarchy)
House Of The Rising Sun (By Jeremy Renner)

Et maintenant, voici ma version, pour ma grand-mère.
Enjoy !


Il y a une maison au village de Miélan,
Que beaucoup appellent « Le Refuge »,
Qui a vu grandir les petits et les géants,
Sous la pluie, le soleil, la neige et le déluge.

Mon grand-père était un héros de guerre,
Et ma grand-mère cuisinait pour la famille,
Ça criait et ça chahutait fort dans la chaumière,
Et partout couraient garçons et filles.

Des dizaines d’animaux vivaient là-bas,
Certains y sont toujours, sous le jardin,
Car, quitter la maison, nous ne voulons pas,
Elle est la destination de tous nos chemins.

Oh, grand-mère, rappelle à tes cinq enfants,
Que nous avons grandi dans la sève,
Du grand sapin et du cerisier fleurissant,
Que tous les gosses du monde rêvent.

Maintenant, lorsque nous revenons à Miélan,
Nous voyons les fantômes et les vestiges,
Des repas futurs et des Noëls d’antan,
Que, par tristesse, nos souvenirs négligent.

Il y a une maison au village de Miélan,
Que beaucoup appellent « Le Refuge »,
Qui a vu grandir les bons et les méchants,
Sous la pluie, le soleil, la neige et le déluge.


Joyeux Anniversaire Mamie !

Photos par ma sœur avec le drone de son copain. Merci !
12.06.2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

L’heure Maudite

Un petit poème écrit en tout juste trois minutes hier soir, dans mon lit, sur mon téléphone. 
Alors que j’essayais de m’endormir en écoutant un Podcast d’un Hypnotiseur.
Dans ce Podcast, il lisait un poème magnifique que vous pouvez lire vous aussi en cliquant ici :
« L’Heure Exquise »
Du coup, ça m’a inspiré…
Enjoy !


Quand sonne l’heure,
De ma transition,
Voilà, je pleure,
C’est l’abandon,
Seule dans mon lit,
Mon âme s’assombrit.

Mes yeux reflètent,
Derrière leurs bruns,
Une porte secrète,
Un âpre parfum,
Qui s’ouvre trop vite,
C’est l’heure maudite.

Cauchemars, c’est l’heure,
De tous les démons,
Qui viennent sans cœur,
Et sans raison,
La transe me quitte encore,
Quand je m’éveille à l’aurore.


08/06/2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Northern France

Non, je n’ai toujours pas d’ordinateur… Mais je n’arrive pas à m’arrêter d’écrire.
Je ne peux pas m’en empêcher.
Alors je m’arrache les cheveux sur mon téléphone.
C’est un cauchemar, mais je n’ai pas le choix…

Ma douleur à la jambe est de pire en pire et, confinement oblige, je n’ai rien à faire.
À part me revoir de vieilles vieilles séries sur Netflix…

Donc, grande inspiration du côté de cette chanson :
Cliquez ici !

Enjoy !


Si tu voyages dans le Nord de la France,
Ne dis à personne ce que j’en pense,
Mais dis-moi si elles ont changé,
Ne dis rien sur moi, elles m’ont oubliée.

Surveille-les pour voir si tout va bien,
Comment vont les amis, même les chiens,
Si tu les retrouves ensemble sur les Repaires,
Ne leur dis pas comme je suis si fière.

Si tu en croises un jour à des Conventions,
C’est, qu’apparemment, j’aurais eu raison,
Souris, ne leur dit pas que tu me connais,
C’est pas le meilleur moyen d’être apprécié.

Si tu roules sur les grandes routes du Nord,
Écoute cette petite voix que tu ignores,
Qui demandent à les revoir une à une,
Quand tu hurles et pleures sous la lune.

Elles étaient d’antan ma seule famille,
Mais nous n’étions qu’un groupe de filles,
Alors si tu voyages en France et en Belgique,
J’espère que, pour toi, rien ne sera tragique.


04/06/2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Lui ou Toi ?

Non, je n’ai toujours pas d’ordinateur… Mais je n’arrive pas à m’arrêter d’écrire.
Je ne peux pas m’en empêcher.
Alors je m’arrache les cheveux sur mon téléphone.
C’est un cauchemar, mais je n’ai pas le choix…
Bref : Enjoy !


Où est « Lui » ?
J’aime ses yeux pâles,
À jamais mon mari,
Dans sa ville natale.

Où est « Il » ?
J’aime son histoire,
Et son air viril,
Derrière ses cauchemars.

Moi et « Lui »,
Maîtres du Royaume,
Sur son Iceberg, on vit.
Comme une seule personne.

Moi et « Il »,
Quant il me mord au cou,
Je vis avec sa famille,
Moi et ce mauvais Loup.

J’ai, dans le cœur comme un poids,
Dans la tête un dilemme,
De ne pouvoir faire le choix,
De celui que j’aime.

Mes pensées sont de cendres,
Et mes sentiments sans choix,
Mon cœur va m’entendre,
Lui ou Toi ?

Qui est « Lui » ?
Avec ses cheveux noirs,
Son costume exquis,
Cache tous ses espoirs.

Qui est « Il » ?
Un tueur innocent,
Un peintre subtile,
Et ses tableaux de sang.

« Lui » et moi,
J’aime notre ciel gris,
Son Club me cachera,
Sous son parapluie.

« Il » et moi,
Dans son manoir à l’abri,
Sa morsure me sauvera,
De tous ses ennemis.

J’ai, dans le cœur comme un poids,
Dans la tête un dilemme,
De ne pouvoir faire le choix,
De celui que j’aime.

Mes pensées sont de cendres,
Et mes sentiments sans choix,
Mon cœur va m’entendre,
Lui ou Toi ?

Où est « Lui » ?
Quand il devient Maire,
Sa Pègre s’agrandit,
Les Pingouins prospèrent.

Où est « Il » ?
Le Loup sous la lune,
Et Vampire en exil,
Qui écrit en runes.

« Lui » et moi,
J’aime sa Banquise,
Je serais toujours là,
Sous sa pluie grise.

« Il » et moi,
Aussi bon que mal,
Bien que j’aime ça,
Comme c’est Original.

J’ai, dans le cœur comme une ancre,
Dans l’esprit comme une croix,
D’écrire le nom à l’encre,
Lui ou Toi ?

Mes pensées sont de cendres,
Les dilemmes sont un choix,
Mon cœur va m’entendre,
Lui ou Toi ?


31/05/2020
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Hello ? Is someone there ?

Cela se passe en pleine nuit,
Lorsque j’entends tomber ma pluie,
En panique, je me réveille seule,
Enfin, si les Démons le veulent…

Les yeux reflétant les fantômes passés,
Lorsqu’un corbeau vient croasser,
Ce sont mes oiseaux, que j’affectionne,
En repensant à certaines personnes…

J’ai relu mes anciennes histoires,
Mes nuits fanées, mes cauchemars,
Mes ivresses au vin rouge écarlate,
Que je buvais en traînant la patte.

La boule de cristal, pour un appel,
Là où mes pensées s’amoncellent,
Mais ai-je réellement quitté la ville ?
Celle qui a fait battre mon cœur de fille…

La porte s’ouvre sur lui et moi,
Les disparus ne mentent pas,
Alors, je résiste et j’allume une bougie,
En me cachant sous mon parapluie.

23.05.20
Copyright © 2020 by Alisone DAVIES – All rights reserved. 

Note : Comme je l’ai déjà dit, mon ordinateur est mort… Le clavier surtout. Du coup, écrire sans clavier c’est pas trop possible… Alors j’utilise mon téléphone. Mais c’est un cauchemar… Littéralement. Et puis, comme tout le monde se tamponne les amygdales de tout, j’ai décidé de faire une pause avec mes poèmes… Enjoy !