Dark Stars 💫

One drop makes you screaming,
And one drop makes you sleep,
And the pints that I’m drinking,
Show me the cosmos very deep,
Go and ask the Knights,
Before they’ll start their fights.

And if you go chasing galaxies,
And you know you’re going to die,
Hide yourself in the flying cities,
And wait for the very bad guy,
Stay with him,
I left just on a whim.

When the Master on the Command Shuttle,
Come and tell you where to go,
Take your weapon to break the skull,
And your love will start to grow,
Come and ask me,
Why I’m strangely happy.

When Spaceships on the lightspeed,
Have fallen brightly dead,
And the Red King is starting to bleed,
He understands why he’s so afraid,
Remember what he once said :
« Take my hand,
Take my hand. »


15.01.2022
Inspiration : « White Rabbit », song by Jefferson Airplane.
Copyright © 2023 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Laytown m’appelle

La nuit m’entraîne,
Où la Mer me mène,
Laytown m’appelle.
Suivons les Sirènes,
Sous la lune pleine,
Laytown m’appelle.

L’amour est toujours,
En ville, mon amour,
L’Océan m’appelle.
Oui, j’aime Drogheda,
Mais c’est plus fort que moi,
La Mer m’appelle,
Laytown m’appelle.

Merveilleux voyage,
Quand tout se mélange,
Sur le sable orange,
Tu me sers d’ancrage,
Avec toi, je danse,
Avec transcendance.

Laytown me veut,
Dans son eau bleue,
Vagues immortelles.
La brume m’aspire,
Et vient pour me guérir,
L’Océan et son ciel,
De Laytown, ma belle.

09.12.2022
Inspiration : ‘Berlin’ chanson de Christophe Willem.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Wake Me Up When November Ends


Halloween has come and passed,
Slow and slow and then so fast,
Wake me up when November ends.

For my little Wolf’s Birthday,
I’ll paint the Irish sky in gray,
Wake me up when November ends.

Here comes the PTSD again,
I know why but don’t know when,
Wake me up when November ends.

At school, playing my Violin,
For the exams I’ll have to win,
Wake me up when November ends.

As my memories flow,
I’m waiting for the snow,
Wake me up when November ends.

The nights are short and scary,
Oh, and Hell is following me,
Wake me up when November ends.

Knock me off with all my pills,
The Guinness is drunk and spills,
Wake me up when November ends.

Halloween has come and passed,
The Irish Sea can never last,
Wake me up when November ends.

03.11.2022
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Loba, Loba

Long et horrible, comme une armée de songes,
La noirceur les habille, comme le Mal qui les ronge,
Long et horrible, comme tous vos beaux mensonges,
Les horreurs qui arrivent, quand le rêve se prolonge.

Grave et pénible, comme un cauchemar à rallonge,
La tristesse les inonde, sans leurs larmes qui s’épongent,
Gave et pénible, comme une ombre que le mur longe,
Les terreurs qui reviennent, quand la nuit noire s’allonge.

Écrit le 27.09.2022 au Pub ‘The Ollie’s’.
Inspiration : chanson ‘Lova, Lova’ de Superbus.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Au cœur de l’Hiver

Des souvenirs se déclenchent,
Comme un songe dans ma tête,
Des yeux bleus, qui se penchent,
Et me fixent en cachette.

Je revis encore, avec peur,
Les missions qu’on terminait à deux,
Je retrouve dans ton cœur,
L’Hiver de nos adieux.

Lentement, un mirage,
Comme un homme métallisé,
Me vêtit, par ancrage,
D’une belle robe argentée.

Je nous revois, avec espoir,
Libre enfin sur la Terre,
Se retrouver en cauchemar,
Pour danser sur la mer.

Dans le vent, c’est un cri,
Comme un tremblement de terre,
Un sifflement, en Sibérie,
Que mon âme veut faire taire.

Notre seule mélodie,
Au cœur de l’Hiver.

Inspiration : ‘Loin du froid de Décembre’ – Anastasia.
20.07.2022
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Tom 2

Oui, cette chanson/poésie est très niaise.
J’ai pris exemple sur le titre et la construction de la chanson ‘Tom’, de Marie Laforêt, reprise par Najoua Belyzel.
Cliquez ici pour écouter la chanson.
Ne rigolez pas trop, je voulais quelque chose de mignon et joyeux, pour une fois !
Texte écrit en quelques minutes en écoutant la musique.
Enjoy !


Tom, tu as presque mon âge,
Tom, tu as quelques tatouages,
Tom, tu es célibataire,
Tom, ce n’est pas pour me déplaire.

Tom, tu as volé mon cœur,
Tom, tu es un chouette acteur,
Tom, tu as les yeux bleus,
Tom, tu es plutôt joyeux.

Un jour, je vais m’en aller,
Un jour, je vais t’oublier,
Je sais quand ça arrivera,
Mais, ça ne sera pas moi.

Tom, tu es dans plein de films,
Tom, tu es vraiment sublime,
Tom, je joue de mon violon,
Tom, je connais tes prénoms.

Tom, tu joues avec ton chien,
Tom, tu aimes tes copains,
Tom, tu viens d’Angleterre,
Tom, c’est bientôt ton anniversaire.

Un jour, je vais m’en aller,
Un jour, je vais t’oublier,
Je sais quand ça arrivera,
Mais, ça ne sera pas moi.

Tom par-ci et Tom par-là,
Tom, j’ai grandi avec toi,
Tom, je suis dans ta Maison,
Tom, je t’aime bien en blond.

Tom, tu grattes ta guitare,
Tom, tu es dans mes cauchemars,
Tom, j’aime trop ton accent,
Tom, j’en fais tout en roman.

Un jour, je vais me marier,
Un jour, on va nous oublier,
Je sais quand je te dis ça,
Que c’est toi qui m’épousera.


02.05.2022
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Tom

Lorsque j’étais encore une enfant,
Dans la classe de mon primaire,
Je lisais mon premier exemplaire,
D’une Magie bienvenue,
Au milieu des Moldus.

Le dimanche chez ma grand-mère,
Je mettais dans mon sac bandoulière,
Mes romans et mes livres scolaires,
Et pour bien les faire vivre,
Dedans, je me mettais à écrire.

Ça compliquait bien un peu ma vie,
D’être dans une Maison ennemie,
Ma sœur chez les forts et hardis,
Mais moi, avec mon petit blond,
Car j’aime les mauvais garçons.

Dire qu’au moment d’être amoureuse,
Je suis devenue très valeureuse,
Et mon âme voyageuse,
A rencontré le même prénom,
Que dans mes souvenirs mignons.

Aujourd’hui, chaque fois que j’écris,
C’est qu’un souvenir ressurgit,
Le Monde a beau être fort,
C’est à peine s’il suffit,
À mes rêves et à mes sorts.

01.05.2022
Le titre ‘Tom’ est une référence à la chanson du même nom de Marie Laforêt, reprise par Najoua Belyzel.
La construction du poème est similaire à la chanson ‘Ivan, Boris et moi’, de Marie Laforêt, reprise par Najoua Belyzel.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Alisone’s Adventures in Underland

I eat my lunch in a deli,
Wonder if I’m hungry,
Receiving my notice for an eviction,
No apartment, we are done,
Searching for a bloody place,
This is the end, prepare to brace.

I get home, looking for fun,
But my violin is broken,
No money for my Guinness,
I’m not ready for loneliness.
Tonight I’ll jump in Wonderland,
Fly with me to ‘bounty land’.

You got it, I gotta stay out,
No cry, no shout,
Out, night and day,
From midnight to midday,
A full breakdown,
Spend my days locked in my brain,
Trying to forget all my pain,
Out, with a red crown.

Now I write all the time,
A story I wish will be mine,
Living in a bloody street,
Place makes me creep,
No computer, no cell phone,
Who cares ? I’m already gone.

Staying in my play pretend,
Wonderland is my end,
Reading and writing,
You will be my king,
Swing from the chandelier,
We’re all mad here.

You got it, I gotta stay out,
To stop the burnout,
Out, night and day,
From midnight to midday,
A full breakdown,
Spend my days locked in a maze,
Trying to find my way,
Out, with a red gown.


Written : 10.03.2022
Corrected by Dermot : 27.03.2022
Inspiration : ‘Stay High’ by Habits.
‘Bounty Land’ : Reference to the song ‘Lollipop (Candyman)’ by Aqua.
Red Crown : Reference to the ‘Red Queen’ in ‘Alice’s Adventures in Wonderland’.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Emmenez-moi


Sur l’ordi, où le poids et le stress,
Me font mal au dos,
Je sirote parfois une Guinness,
Pour continuer mon boulot.

Je voyage au bout du Monde,
À travers un écran,
Échappant chaque secondes,
Aux milliers de gens,
Insupportables.

J’écris dans mon carnet,
Je narre mes histoires,
De tartines beurrées,
D’un lièvre en retard,
Incroyables.

Moi qui n’ai connu toute ma vie,
Que la pauvreté,
J’aimerais laisser par ici,
Ce triste passé.

Emmenez-moi où mon âme s’éveille,
Emmenez-moi au Pays des Merveilles,
Je pense que le Valet de Cœur,
Laisserait chanter les fleurs.

Dans les Pubs, quand la nuit arrive,
Avec les copains,
Ils parlent d’une allure vive,
Mais je suis déjà loin.

Je perds la notion du temps,
Et mon esprit s’évapore,
Dans un Pays effrayant,
Que les enfants adorent,
Vers le château.

Et je vois un long labyrinthe,
Puis, un chat qui chante,
Une bien longue complainte,
Et les huîtres bruyantes,
Sourient au Dodo.

Quand les Pubs ferment, que l’ivresse,
Envahi tout mon esprit,
Est-ce moi ou la Guinness,
Qui part loin d’ici ?

Emmenez-moi où mon âme s’éveille,
Emmenez-moi au Pays des Merveilles,
Je pense que le Chapelier Fou,
Est un peu comme nous.

Quand je plonge dans un livre,
Ou dans mes histoires,
Un Lapin me fait suivre,
Dans la Forêt Noire.

Prenant la route qui mène,
Vers la Reine de Cœur,
C’est encore la même rengaine,
Il faut peindre les fleurs,
Toutes en rouge.

Et les cartes vivantes,
Me font jouer encore,
Jusqu’à la semaine suivante,
L’éveil fige ce décor,
Plus rien ne bouge.

Emmenez-moi où mon âme s’éveille,
Emmenez-moi au Pays des Merveilles,
Le Valet de Cœur, il semblerait bien,
Qu’il ait finalement volé le mien.


15.03.2022
Inspiration : ‘Emmenez-moi’ par Charles Aznavour.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Wonderland

Des champignons qui poussent,
Une chenille toute douce,
Et des tartines papillonnent,
Les jolies fleurs se parlent,
Les huîtres sont cordiales,
Mais quel est ce Royaume ?

Un immense labyrinthe,
Une étrange complainte,
Au moment du thé.
Les gens sont curieux,
Mais ils semblent heureux,
Est-ce mon Chapelier ?

Un lapin blanc qui court,
A mille fois fait le tour,
Du pays, tout en parlant,
Une souris dans une tasse,
Et un chat dans une impasse,
Me fait peur en chantant.

Puis des Cartes géantes,
Aux armes étincelantes,
Gardent un grand château,
Tout en faisant leurs rondes,
Ils protègent un Monde,
Où les Monstres sont beaux.

Toutes les Alice de la Terre,
Rêvent de passer la frontière,
Plus jamais de normalité.
Les Humains des pays,
Nous ont tous détruits,
Je préfère mon Chapelier.

Tout ceci n’est qu’un songe,
Où l’imaginaire plonge,
Dans les rêveurs qui veillent,
Et quand la nuit m’emporte,
Je repasse la porte,
Du pays des Merveilles.

Car le Monde est trop blême,
Et personne ne nous aime,
Comme dans mes poèmes.
Et les jours où je pleure,
Quand le Monde me fait peur,
Je revois la Reine de Cœur.


17.02.2022
Inspiration : « Qu’y a-t-il de changé ? », reprise par Najoua Belyzel, en hommage à Marie Laforêt.
Copyright © 2022 by Alisone DAVIES – All rights reserved.