Jour 183

1
C’est le Jour Un,
Celui qu’on retient,
Le début de la fin,
Aujourd’hui comme demain.

2
C’est le Jour Deux,
En famille, c’est mieux,
Ou même en amoureux,
Mais qui encore, le peut ?

10
C’est le Jour Dix,
On glande devant Netflix,
On fait plus d’exercice,
On essaye d’être artiste.

24
C’est le Jour Vingt-Quatre,
Besoin d’un psychiatre,
La nuit est à combattre,
Et le ciel devient grisâtre.

33
C’est le Jour Trente-Trois,
Déjà plus d’un mois,
Mais quand ça s’arrêtera ?
Personne ne le saura.

73
C’est le Jour Soixante-Treize,
On devient tous obèse,
La solitude nous pèse,
Nos vies entre parenthèse.

87
C’est le Jour Quatre-Vingt-Sept,
On a écumé tous les Internets,
Et tout nous prend la tête,
Dieu comme le Monde est bête.

98
C’est le Jour Quatre-Vingt-Dix-Huit,
On se prend de grosses cuites,
Des amis clandestins en visite,
Car l’économie a fait faillite.

100
C’est le Jour Cent,
On a plus d’argent,
Abandonné par le gouvernement,
Tout le monde se pend.

114
C’est le Jour Cent-Quatorze,
Les journées sont si moroses,
On en fait une overdose,
De perdre autant de choses.

180
C’est le Jour Cent-Quatre-Vingt,
Et il ne reste plus rien,
Les Hôpitaux en déclin,
Sonnez notre tocsin.

183
C’est le Jour Cent-Quatre-Vingt-Trois,
Et ça ne s’arrêtera pas,
Notre vie sera comme ça,
Le Monde ne reviendra pas.

10.04.2021
Ireland Lockdown Day 183
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Voyageuse

Courons ensemble ailleurs, viens donc, sauve ta vie,
Je laisse en ton lieu mes images de ma porte affranchie,
Des Sorcières, je me souviens, qui te chassaient encore,
Que je te délivre, prisonnier, en leur jetant un mauvais sort.
Mon âme reviendra, jusqu’à ton ère glaciaire prochaine,
Un rapide bruit mécanique pour notre quarantaine,
Et qui sonne l’heure de la dernière civilisation,
Laissant courir mon esprit à trop d’imagination.
Mais j’entends aussi, le son d’un fusil et des pioches,
La vision des dates historiques gravées dans la roche,
Parfois tristes, pour les cortèges, apparaissent-elles,
Et puis joyeuses, en retrouvailles de flammes jumelles.

10.04.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

It’s A Brand New World / C’est Un Tout Nouveau Monde

It’s A Brand New World

We are always alone to fight,
And outside, everything is white,
The Universe is indifferent to you,
But, please, you can’t die too.

From the top of the last hope,
Working on the slippery slope,
The worst of it is not the snow,
The Human Boss is our foe.

Please, stay locked at your place,
I will fight, prepare to brace,
You can’t die, not today,
Only you know the way.

The Winter is our new song,
And the show must go on,
Blood is demanded on board,
But we don’t have a Lord.

Triggers flood my brain,
I see the Witches again,
Is the lockdown to blame ?
Will we ever be the same ?



C’est Un Tout Nouveau Monde

Nous repousserons nos attaquants,
Même si dehors, tout est blanc,
Je sais que l’Univers t’oublie,
Mais ne meurt pas toi aussi.

Aux commandes de nos espoirs,
Aux rails gelés de nos cauchemars,
Mais le pire n’est pas la neige,
Mais l’Homme qui attend le cortège.

Reste ici, enfermé sur place,
J’irai seule affronter la glace,
Notre ennemi ne te tuera pas,
Ah, quel hiver, j’étais juste derrière toi.

Le gel sera notre nouveau couplet,
Et le spectacle doit continuer,
Le sang coule en nos lieux,
Mais nous n’avons aucun Dieu.

Les images inondent mon âme,
De nos Sorcières dans les flammes,
Aux confinements que personne n’aime,
Serons-nous toujours les mêmes ?


08.04.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

M – 4 Ans Disparition

M, sais-tu ce que je dis maintenant ?
Que tu es mort il y a quatre ans,
Ce blason n’est pas le tien,
Mais je le garde entre mes mains.

M, ce que les gens pensent de toi,
Je m’en fous, ne les écoutent pas,
Le Monde est toujours aussi con,
J’imagine que nous avions raison.

M, il est temps, j’en ai peur,
D’arrêter ce pauvre petit cœur,
Et de chanter une dernière chanson,
Avec mon nouveau violon.

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

M – 4 Ans Rencontre

Je reviens lentement vers toi,
Sur le rivage aux coquillages,
Si tu le veux, coule avec moi,
Les Sirènes sont à l’abordage.

Je me souviens, il y a 4 ans,
Les Loups à notre rencontre,
Et passe les pays, passe le temps,
De notre course contre la montre.

Je suis encore là, sur la plage,
Je souris en repensant au Whisky,
Coule avec moi, prends du courage,
Tout à une fin, mon chéri.

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

La Tribu de Personne

Plus qu’un simple « ras-le-bol », un véritable coup de gueule.
Écris en quelques minutes hier soir, dans mon lit, les mots ont fusé plus vite que mes pensées.
Je pourrai m’excuser pour l’amertume non camouflée de cette chanson / ce poème.
Mais, non.
Je ne m’en excuse pas du tout.
Car cette vérité est pour eux, pour moi, pour tous les talents encore trop caché dans l’ombre de ce Monde brisé…
Vous n’êtes pas seuls…

Inspiration : « La Tribu de Dana » de Manau.

Pour les deux ou trois lecteurs, bonne lecture…


Les vents soufflent sur les sites des Internets Mondiaux,
Je prends avec moi mes rêves, mes espoirs et mes idéaux,
Litany, mon amie, est venue me relancer,
Des histoires, en nous, se sont mises à germer,
Là où nos connaissances, des écrivaines populaires,
Après toutes leurs éloges reviennent un peu sur Terre,
Mais c’est l’heure maintenant de défendre nos écrits,
Contre l’indifférence, la haine et la mégalomanie,
Notre petit duo s’est réuni autour du clavier,
Pour un brainstorming, pour échanger nos idées,
Après cette joie et l’Histoire qui nous intéresse,
Je me pose pour siroter ma Pinte de Guinness,
Pour le courage, pour éviter les faux espoirs,
Pour rester fortes au milieu de cette toile noire,
Ce n’est pas la première fois que le désir m’abandonne,
Et j’aimerais partir de la Tribu de Personne.

Malgré mes incantations de sorts et de magie,
Il n’y aura jamais aucun lecteur pour nos écrits,
Cette lutte reste terrible et je ne vois que le vide,
Qui engloutit la toile tout comme ses arachnides,
Quelques écrivaines peuvent tomber près de moi,
Sous le néant lourd qui nous terrassera,
Le rien, le vent et l’indifférence totale,
Qui fait couler les larmes sur le point final,
Pour mes jours d’angoisse où mes mains se traînent,
Sur les touches noires et blanches de ma peine,
Faut-il continuer ce combat déjà perdu ?
Parfois je le veux, parfois je n’en peux plus.
La lutte continuera jusqu’à la fin des temps,
Jusqu’à ce que les oubliés lancent un soulèvement,
Tout raser sur notre passage, tel un cyclone,
Pour quitter la Tribu de Personne.

Au bout de la souris retentit un léger « clic »,
D’une Nouvelle sympa, d’un OS Historique,
Comprennent-elles qu’on lutte dans leurs ombres ?
Que c’est simple, car nous voici en sous-nombre ?
Les écrivaines disparaissent, mais je comprends ça,
Si c’est pas du MM ou Destiel, personne ne les lira,
Quand mon regard se pose sur tous mes sites,
Je suis la seule enregistrée en visite…
Mes mains lâchent la souris et quittent le clavier,
Je ne peux même plus lire, il ne reste plus qu’à pleurer,
Je n’ai jamais compris pourquoi je n’aurais pas de nom,
Pour mes histoires, pour toute mon imagination.

Alors, les vents soufflent toujours sur les sites des Internets Mondiaux,
Et je m’en éloigne, pour moi il n’y a plus rien de beau,
Je reconstruirais tout IRL pour commencer ma Légende,
Et je resterais loin de vous, caché dans mon Irlande.


The World is broken, but you are not alone.

30.03.2021

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Sous la Lune

Viens avec moi, roulons sous la lune,
Avalons les kilomètres sur le bitume,
En silence ou même en chanson,
Sur l’autoroute de la déraison.

Viens avec moi, regarde les panneaux défiler,
Compte avec moi, les bornes déjà passées,
Aide-moi à lire notre carte,
Toi, mon rouge écarlate.

Arrêtons-nous pour te donner à boire,
Roulons au grand jour ou dans le noir,
Continue, pendant que je téléphone,
En écoutant Bidule qui ronronne.

Défilons les kilomètres à l’infini,
Seule, en famille ou avec les amies,
Croulons sous les cartons et les valises,
Sous l’ardent soleil ou sur ma banquise.

Éteignons le GPS de l’angoisse,
Survivons à l’orage qui passe,
Pieds-nus, ou même en robe,
Faisons le tour du globe.

Je me raccroche à qui ?
Tous mes enfants sont morts,
Repose en paix, ma chère Bumblebee,
Comme toutes les choses mortes que l’on oubli.

18.03.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Enfant de l’Automne (Fille d’Halloween)

Comme des millions de citrouilles,
Qui poussent quand le sol se mouille,
Je rêve encore de l’automne,
En attendant qu’Halloween sonne.

Le printemps et l’été m’achèvent,
Je ne vois que des couleurs dans mes rêves,
Lorsque les arbres perdent leurs feuilles,
Et que les fleurs font leurs deuils.

Comme des millions de potirons,
Qui foisonnent pour ma saison,
Lorsque la nature devient toute orange,
Enfin, mon humeur se change.

Je laisse passer le temps,
Pour pouvoir danser dans le vent,
Avant que le soleil ne m’assomme,
Je songe encore à l’automne.

Au milieu des milliers de couleurs,
Qui font battre mon cœur,
Je survis à la chaleur assassine,
Car je suis une fille d’Halloween.

18.03.2021
Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

C’est mon Monde


Laissez-moi vous faire lire,
Mes héros, et mes pires,
Car c’est mon Monde.
Du Loup, à l’Humain,
Du Biker, au Pingouin,
C’est mon Monde.
Le Diable et le Psy,
Le Blutbad, qu’on oublie,
Oui, c’est mon Monde.

C’est la nuit de vérité, et le temps des cauchemars,
Le moment de survivre, du matin jusqu’au soir,
L’heure de se battre, car c’est mon Monde,
Mais que le vôtre est immonde !

Laissez-moi vous prévenir,
De l’Immortel, et des Vampires,
Car c’est mon Monde.
Du Scientifique, au petit Ange,
Au Ténébreux qui se venge,
C’est mon Monde.
Le Viking, ce grand fou,
Et mon Demi-Loup,
C’est mon Monde.
Les Chasseurs d’Ombres,
Et le Violoniste à Londres.

C’est la nuit des cauchemars, pour se sacrifier,
Le moment de mourir et le moment de crier,
L’heure de ma magie, pieds dans la tombe,
Car c’est mon Monde.



10 & 11.03.2021
Inspiration chanson « This is War » de Thirty Seconds To Mars.



Bonus, by me :

Who’s been destroying everything ?
It’s been Peter all along !
Who’s been using our lovely « Zing » ?
It’s been Peter all along !
He is manipulative,
So vindictive,
Did you only see ?
He is so sassy !

Who would like to fix anything ?
Now that the World has gone wrong !
It’s been Peter all along !
Thanks to Peter,
Sexy Peter,
It’s been Peter all along !

And he killed Dreyfuss too !



11.03.2021
Inspiration chanson « Agatha all along » de Wanda Vision.

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.

Le Royaume près de la mer


« Monsters don’t sleep under your bed,
They sleep inside your head. »


Il y a fort longtemps, dans un autre pays,
Dans un Royaume près de la mer,
Le moi passé, protégée dans son abri,
Au milieu d’un peuple amer ;
Ce moi passé vivait sans autre pensée,
Que de se battre pour ses êtres aimés.

Alors, elle est allée à l’Institut de Londres,
Dans ce Royaume près de la mer,
Jouant du violon avec le Chasseur d’Ombres,
Avant qu’il ne meurt de sa sombre guerre.
Ainsi, le Ciel m’envoya un étrange présage,
En m’offrant un violon pour seul courage.

Et c’est pourquoi, il y a si longtemps,
Dans ce Royaume près de la mer,
Que le froid glacial de la neige et du vent,
Murmurèrent d’une voix austère :
Que la peine soufflera sur les souvenirs,
Du Royaume près de la mer,
Des livres que je ne pourrai plus lire,
Et des chansons qui me font taire.

Les différents hommes, bien trop anxieux,
Toujours au Royaume près de la mer,
Du moi passé, en restèrent amoureux,
Avouons que l’émoi était similaire.
Mais qu’une nuit de pleine lune,
Elle nous frappa de nos infortunes.

Mes Mondes étaient plus forts que votre Monde,
Dans mon Royaume près de la mer,
Et que ceux qui finissent dans la tombe,
Ne peuvent revenir sur votre Terre.
Ni les Anges du Ciel, ni les Démons de l’Enfer,
Ne voleront mes Loups, ma glace et mes sorts,
Mon Anglais, mes Sorciers, mes Vikings et nos efforts.

Car la lune ne luit jamais sans qu’elle m’apporte,
Une nouvelle clef pour ouvrir une autre porte,
Et les étoiles ne brillent jamais sans qu’elles m’envoient,
L’un d’entre eux, pour rester près de moi.
Ainsi, aux rives de mon Monde, je peux vivre,
Parmi les millions de phrases de mes livres,
Parmi toutes mes dimensions interstellaires,
Dans mes Royaumes près de la mer.



10.03.2021
Inspiration du poème « Annabel Lee » par Edgar Allan Poe.
Traduction du poème à lire : ici !


Toujours Halloween, je jette un sort,
À nos célébrations et à nos morts,
Photos ! Un ‘clic’ dans la nuit,
C’est l’heure de mon insomnie,
Même cauchemars, 4 ans auparavant,
Un collier de lune en diamant.

Copyright © 2021 by Alisone DAVIES – All rights reserved.